Audiology Infos n°16

Couverture
Audiology Infos16
2011-01-01

Sommaire

Audiology Infos16

Le dépistage néonatal généralisé à portée de loi

Le projet de loi visant à généraliser le dépistage précoce des troubles de l’audition, soutenu par les députés du groupe UMP Jean-Pierre Dupont, Jean-François Chossy et Edwige Antier, a été adopté en séance publique le 30 novembre dernier, lors de sa première lecture à l’Assemblée Nationale. Le texte transmis au Sénat le 1 er décembre 2010, est désormais sur le bureau de Gérard Larcher. Focus sur les principales dispositions du texte.

Ceop : donner vie à l’interdisplinarité

Situé dans le centre de Paris, le Ceop accueille des enfants sourds sévères et profonds de la capitale et de sa proche banlieue. Dirigé par Martial Franzoni, orthophoniste, l’une des grandes particularités de ce centre est d’être porté par une équipe dynamique travaillant en interdisciplinarité afin de placer l’enfant et sa famille au cœur de ses priorités, pour assurer le meilleur suivi possible.

Mieux dépister et prendre en charge la surdicécité selon l’Acfos

La huitième édition du colloque de l’Action connaissance formation pour la surdité (Acfos), consacrée à l’équilibre et la vision chez les enfants sourds, s’est tenue les 19 et 20 novembre dernier à Paris. L’occasion pour l’institution d’émettre une liste de préconisations afin de mieux détecter et prendre en charge les polyhandicapés sensoriels.

EPU 2010 Acouphènes et hyperacousie à l’étude

Organisé par le Collège national d’audioprothèse (CNA) et par son président, Éric Bizaguet, le 15 e EPU a réuni cette année plus de 950 participants, un record ! Ils étaient venus assister aux interventions de quelque vingt orateurs – médecins-ORL, psychiatres, sociologues, psychologues et audioprothésistes – au sein du palais des congrès de la Porte de la Villette, les 26 et 27 novembre derniers, afin de discuter des acouphènes et de l’hyperacousie.

Implant cochléaire bilatéral : de plus en plus souvent envisagé chez l’adulte

Grâce aux progrès technologiques appliqués à l’implant cochléaire en termes de traitement du signal, l’indication d’implantation cochléaire bilatérale se discute de plus en plus souvent chez l’adulte. La mise en place de recommandations par les autorités sanitaires a contribué à en préciser les applications par les centres d’implantation. Dans certaines situations, elle peut s’avérer d’emblée justifiée car il existe un risque d’ossification cochléaire bilatérale.

Chez les enfants : implanter une ou deux oreilles ?

Maintenant que l’implantation cochléaire unilatérale est devenue une véritable alternative de prise en charge de la surdité sévère à profonde chez les enfants, la question se pose d’aller encore plus loin en implantant aussi la seconde oreille. Les travaux de recherche se multiplient sur le sujet pour mieux en appréhender les avantages, et pouvoir les mettre en balance avec les inconvénients liés à l’acte chirurgical. Tour d’horizon avec Cyne Johnston, chercheuse et audiologiste à l’hôpital pour enfants d’Alberta, à Calgary (Canada).

Appareillage bilatéral : un choix systématique ?

Evaluer les capacités spatiales, mesurer la reconnaissance de la parole dans le bruit et proposer un test dichotique par chiffres. Telles sont les recommandations de quatre chercheurs suédois qui se sont penchés sur le cas des personnes atteintes de perte auditive bilatérale, qui préfèrent porter une aide auditive plutôt que deux. A la clé, une prise en charge adaptée et personnalisée en vue d’améliorer le schéma diagnostique.

Implants cochléaires - L’écoute en milieu scolaire

La compréhension de la parole dans le bruit constitue une plainte récurrente des malentendants, et ce, même s’ils sont appareillés. Le bruit est d’autant plus gênant pour les jeunes enfants... Du fait d’une capacité limitée par rapport aux adultes à discriminer la parole dans le bruit, ils requièrent des configurations d’écoute dont le rapport signal/bruit (SNR) doit être le plus élevé possible.

Protections auditives 3/5 - Transport : filtrer sélectivement

L’exposition des voyageurs à l’intérieur des transports en commun serait plus élevée dans le métro, suivi du RER puis du bus, avec des LAeq (niveau d’énergie équivalent, correspond au cumul d’énergie sonore reçue par un individu) allant de 67 à 87 dB(A), selon un rapport de l’Agence française de sécurité sanitaire environnementale de 2004. De leur côté, les motards sont exposés à plus de 90 dB à 100 km/h et le bruit dans le casque atteint les 100 dB à 140 km/h. Or 80 dB constituent la limite de bruit à ne pas dépasser pour préserver son audition. Détail des protections auditives dotées de filtres spéciaux pour entendre l’environnement extérieur tout en protégeant l’audition.