Les appareils FM amélioreraient les capacités à lire des enfants dyslexiques

Aides auditives et dyslexie

Audio infos
Audiology infos
alt

Les résultats d’une récente étude publiée dans le journal Proceedings of the National Academy of Sciences, et financée en partie par une subvention de la firme suisse Phonak,démontrent les bénéfices des systèmes FM pour les enfants souffrant de dyslexie. Ils leur permettraient non seulement de mieux entendre lorsqu’ils utilisent les appareils, mais ils amélioreraient également à long terme leur conscience phonologique et leurs capacités à lire, même au-delà de l’utilisation de l’appareil.

L’étude a été menée par l’Auditory Neuroscience Laboratory à l’université de Northwestern. L’équipe de chercheurs emmenée par Nina Kraus a tenté de comprendre la relation entre les appareils d’écoute et la dyslexie chez les enfants. Elle a travaillé avec trente-huit enfants, de huit à quatorze ans, fréquentant tous une école spécialisée pour les écoliers ayant des problèmes de lecture. La moitié des enfants ne portaient pas de dispositif et a servi de groupe témoin. Les dix-neuf autres portaient un système d’aide à l’écoute tous les jours pendant une année scolaire entière.

« Avec l’approche de la FM, l’enseignant porte un microphone et l’élève porte un récepteur FM contour d’oreille qui conduit la voix de l’enseignant directement dans l’oreille. L’élève est ainsi plus concentré, explique Nina Kraus, chercheur principal de l’Auditory Neuroscience Laboratory at Northwestern University et co-auteur de l’étude. Lorsque nous avons mesuré la réponse du cerveau aux sons de la parole, les enfants qui portaient le dispositif ont répondu plus systématiquement aux éléments très doux et en évolution rapide des sons qui permettent de distinguer une consonne d’une autre (par exemple : chat, pas, cas, etc.). Cette stabilité améliorée était liée à l’amélioration de la lecture basée sur des mesures normalisées de lisibilité, qui, comme un avantage à long terme, souligne la plasticité du cerveau et rend cette étude extrêmement intéressante

Améliorer le traitement auditif du son d’un écolier de cette manière donne aux enfants une meilleure chance de faire des associations entre ce qu’ils entendent et ce que ces sons signifient. Ils peuvent ensuite relier ces informations à ce qu’ils voient sur le papier », conclut Nina Kraus.

Pour lire la totalité de l’étude, visitez : http://www.soc.northwestern.edu/brainvolts/documents/FM_PNAS12.pdf

Illustration : Phonak

La rédaction