Infographies : 3 264 audioprothésistes français au 1er janvier 2016

Statistiques

image
© istock

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) vient de publier les statistiques des professions de santé en France, parmi lesquelles les audioprothésistes, dont la démographie est en constante augmentation ces dernières années, d’environ 5 % par an. Cette année, au 1erjanvier 2016, 3 264 audioprothésistes exercent en France, contre 3 090 l'année précédente, ce qui constitue une hausse de 5,6 %. Une augmentation en légère baisse par rapport à l'année précédente : entre 2014 et 2015, la population d'audioprothésistes avait crû de 5,8 % Parmi eux, 28 sont installés Outre-mer.

Ramenés à la population française, qui croît également, selon les prévisions de l'Insee, mais moins vite que la population d'audioprothésistes, ces 3 264 professionnels représentent une densité de 4,9 pour 100 000 habitants. En France métropolitaine, cette densité se fixe à 5 audioprothésistes pour 100 000 habitants, contre 4,8 l'an dernier et 3 en 2005.

Des disparités géographiques

Cette densité n'est pas uniforme sur tout le territoire (voir carte). On note des zones nettement privilégiées, et d'autres que l'on pourrait qualifier de déserts audioprothétiques. Ainsi, les régions Provence-Alpes-Côte-D’azur, Corse et Nouvelle-Aquitaine bénéficient d'une densité respective de 6,8, 6,4 et 6,1 audioprothésistes pour 100 000 habitants. Les habitants des Hauts-de-France, de la Normandie et du Centre-Val-de-Loire sont les plus mal lotis, avec des densités respectives de 3,6, 3,9 et 4,3 audioprothésistes pour 100 000 habitants. À noter qu'aucune de ces trois régions n'accueille d'école de formation. La France Outre-mer est encore moins bien pourvue, avec une densité de 1,3/100 000.

À l'échelle départementale, la Drôme jouit de 9,6 audioprothésistes pour 100 000 habitants, suivie de l'Hérault (8,6) et Paris (8,5). À l'inverse, la Seine-Saint-Denis doit se contenter de 1,5 audioprothésiste pour 100 000 habitants, l'Oise de 1,6 et la Creuse de 2,5. Par ailleurs, c'est dans les grandes villes que l'on trouve le plus d'audioprothésistes ; ainsi 49 % des audioprothésistes travaillent dans une ville de plus de 200 000 habitants, un chiffre constant par rapport à l'an dernier. Les petites communes, les villages et les zones rurales sont en revanche délaissées : on ne compte 7 % des effectifs dans les villes de moins de 10 000 habitants.

Vers la parité

Ainsi que nous l'avions déjà observé l'an dernier, la profession d'audioprothésiste se féminise de plus en plus et flirte désormais avec la parité parfaite. Alors qu'elles étaient représentées à hauteur de 46,8 % en 2015 (et 41 % en 2005), les femmes constituent désormais 47,3 % de l'ensemble de la profession. À la différence de leurs homologues masculins, elles sont davantage salariées. Près des trois quarts d'entre elles (74,2 %) exercent en effet sous ce statut, contre seulement 56,4 % des hommes. Ainsi, dans l'ensemble, une grande majorité des audioprothésistes exercent en tant que salariés, à hauteur de 64,8 %. Un chiffre cohérent avec celui de 2015 (64,4 %). Néanmoins, il réside une forte variabilité inter-âge et, sans surprise, plus l'audioprothésiste avance dans sa carrière, moins il exerce avec le statut salarié. Ainsi, alors que 95 % des audioprothésistes de moins de 25 ans sont salariés et 84 % des 25-29 ans, seulement un tiers des plus de 65 ans ont adopté ce statut (voir graphe ci-dessous).

Si les femmes audioprothésistes sont davantage salariées que les hommes, c'est entre autres parce que leur âge moyen est plus faible que celui des hommes : 39,5, ans chez les femmes, contre 45 ans chez les hommes. Dans le détail, les femmes constituent les trois quarts des audioprothésistes de moins de 25 ans et 57 % des 25-29 ans. À l'inverse, elles ne représentent qu'un tiers des 60-64 ans et qu'un quart des audioprothésistes de plus de 65 ans.

Une profession d'âge moyen

Globalement, l'âge de la population des audioprothésistes est stable, à 42,4 ans, comme en 2015. En 2014, il était de 42,3 ans. On note toutefois une légère augmentation du nombre d'audioprothésistes dans les tranches d'âge les plus jeunes : les moins de 25 ans constituaient 4 % de la population totale en 2015, ils en constituent désormais 4,3 %. Même phénomène pour la tranche d'âge 25-29 ans qui représente 17,7 % de la population globale, contre 17,4 % en 2015. Par rapport aux autres professionnels de santé, la population d’audioprothésiste se place globalement dans la moyenne (voir graphe ci-dessous), bien plus jeune que les médecins (51 ans de moyenne), mais bien plus vieille que les opticiens-lunetiers (37,1 ans).

L'audioprothésiste en 2016
Selon les dernières statistiques de la Drees, l'audioprothésiste « moyen » est un homme de 42,4 ans. Il est salarié, et exerce en Provence-Alpes-Côte-d'Azur, de préférence dans une ville de plus de 200 000 habitants.

BS