Passe d’armes houleuse entre Starkey et son ancien Président

Justice

Jerry Ruzicka à Las Vegas, en 2012 - GB

Récemment écarté de la présidence exécutive de Starkey Laboratories, Jerry Ruzicka a décidé de poursuivre le fabricant d’aides auditives américain pour licenciement abusif et diffamation, rapporte le quotidien américain du Minnesota Saint Paul Pioneer Press sur son site Internet TwinCities.

Au cours du mois de septembre 2015, Starkey avait annoncé le licenciement de son président exécutif Jerry Ruzicka, de même que de trois autres cadres supérieurs de la société : Keith Guggenberger, vice-président senior des opérations, Scott Nelson, directeur financier, et Larry Miller, premier vice-président des Ressources humaines. Les employés de la société basée à Eden Prairie (Minnesota) avaient reçu mercredi 9 septembre un e-mail leur annonçant la suspension avec effet immédiat, des quatre cadres de la société. L'e-mail n'avait fourni aucune explication.

Plusieurs plaintes ont par ailleurs été déposées contre Jerry Ruzicka. Des agents du Bureau Fédéral d'Investigation (FBI) et de l’IRS, organisme US rattaché au département du Trésor et chargé du respect des lois fiscales, ont récemment mené des perquisitions au domicile de l’ex-président exécutif, rapporte le journal US.

Ce sont désormais les avocats de Jerry Ruzicka qui ont à leur tour déposé des plaintes pour licenciement abusif et diffamation après que l’ex-président exécutif ait signalé des « irrégularités » émanant du fondateur de Starkey, William Franklin Austin - "Bill et de Brandon Sawalich, vice-président et beau-fils d'Austin, aux dirigeants de l'entreprise.

Jerry Ruzicka pense également avoir été écarté de la direction de l’entreprise américaine par ses fondateurs au motif qu’à l’expiration de son mandat au sein de Starkey - qui se rapprochait à grands pas - il avait fait savoir qu'il envisageait de fonder sa propre société, également dans le secteur de la fabrication d’aides auditives.
 

Source: TwinCities / Saint Paul Pioneer Press