Le Premier ministre a inauguré ce matin l'Institut de l'Audition

Institut de l'Audition


Arrivée d'Edouard Philippe, Premier ministre, pour l'inauguration de l'Institut de l'Audition, le jeudi 27 février 2020 ©Nathalie Bloch-Sitbon

Le Premier ministre Édouard Philippe a inauguré ce jeudi 27 février au matin l’Institut de l’Audition, un centre de recherche sur les atteintes auditives sans précédent, à Paris dans le 12ème arrondissement.

"J'avoue avoir toujours pris le sujet de l'audition à la légère, jusqu'à ce que je devienne parent d'adolescents" a expliqué le Premier ministre lors de l'inauguration de l'Institut de l'Audition. Après avoir rappelé que la perte d'audition restait un axe principal pour le plan de prévention de la dépendance des personnes agées du gouvernement, il a également pointé les nuisance sonores dûes à l'utilisation des écouteurs chez les jeunes. "Cet institut est une invitation à baisser le volume de la musique, que j'écoute moi-même trop fort dans mon bureau lorsque que je travaille" a-t-il plaisanté. 

Plus sérieusement, le Premier ministre est revenu sur la réforme du remboursement des aides auditives, voulue par Emmanuel Macron. "Créer des applications thérapeutiques, c'est bien, mais encore faut-il les rendre accessibles aux plus nombreux. A l'heure actuelle, seuls 35% des Français ayant une perte auditive bénéficient de prothèses" a expliqué le Premier ministre , pour ensuite rappeler l'action du gouvernement concernant la baisse du reste à charge sur l'audiologie. "En 2017, on estime que le reste à charge par oreille était de 850 euros, ce qui peut expliquer cela. La réforme du 100% santé l'a déjà diminué de 450 euros par oreille, et le ramenera à 0 euros au 1er janvier 2021". Avant de poursuivre : "Je note que récemment, UFC-Que Choisir a montré que les modèles éligibles au 100% santé sont à la hauteur des autres".

Rattaché à l’Institut Pasteur et affilié à l'Inserm au sein d'une unité mixte de recherche comportant également des membres du CNRS, ce centre de recherche interdisciplinaire dédié à la question de l’auditon, a pour missions de conduire à la fois une recherche fondamentale d’excellence sur l’audition et de développer des approches cliniques pouvant bénéficier aux sourds et aux malentendants. Il promeut une approche intégratie des neurosciences de l'audition et ambitionne de développer des méthodes innovantes de diagnostic et de traitement, préventif et curatif, des atteintes auditives. Dirigé par le Pr. Christine Petit, il regroupera à terme 130 personnes dans 10 équipes de recherche et comprend un Centre de Recherche et d'Innovation en Audiologie Humaine (CERIAH) dirigé pat le Pr. Paul Avan. L'Institut a été officiellement créé en septembre dernier sous l'impulsion de la Fondation Bettencourt Schueller et de la Fondation pour l'Audition.

L'institut Pasteur s'intéresse aux neurosciences depuis les années 60 et, depuis les années 90, les neurosciences de l'audition y sont traitées à travers les travaux du Pr. Petit, spécialiste de génétique humaine et des neurosciences sensorielles.

La recherche sur l'audition répond à l'une des priorités scientifiques du plan stratégique de l'Institut Pasteur qui a fait des maladies de la connectivité cérébrale et des maladies neurodégénératives l'une de ses thématiques phares.

Les troubles de l’audition, bien que souvent encore tabous auprès du grand public, sont désormais reconnues comme un enjeu majeur de la santé publique. La France compte aujourd’hui 6 millions de malentendants.

Nathalie Bloch-Sitbon et Corinne Couté