Seule une dizaine de généralistes bientôt autorisés à prescrire les aides auditives ?

primo-prescriptions



Après presque deux ans de péripéties, le feuilleton de la primo-prescriptions des aides auditives par les médecins généralistes connaît un nouveau rebondissement. Si rien n’est fait, seuls une dizaine de généralistes auront bientôt la formation nécessaire pour continuer à prescrire des aides auditives à leurs patients dans toute la France.

Lors de la signature de l’accord sur le 100 % Santé, il avait été convenu que les médecins généralistes souhaitant continuer à effectuer la primo-prescription des aides auditives à leurs patients de plus de 6 ans devraient suivre une formation spéciale. Une façon de professionnaliser les audiométries à visée diagnostic (pour les moins de 6 ans, le passage chez un ORL est obligatoire). Cette nouvelle disposition devait entrer en vigueur le 1er janvier 2020. Or, à cette date, aucune formation n’avait été mise en place. Le droit de prescrire pour les médecins généralistes avait donc été prolongé par une circulaire du ministère des Solidarités et de la Santé, d’abord jusqu’au 31 août 2020, puis jusqu’au 31 mars 2021. Les ministères de la Santé et de l’Économie ont indiqué que ce second report s’expliquait par « la suspension de la mise en place du parcours de développement « otologie médicale » pendant la période d’urgence sanitaire ». Pour finir, l’autorisation de prescription sans formation spécifique a été prolongée jusqu’au 1er janvier 2022, sans raison particulière.

Développer la téléconsultation

Cependant, l’éventualité d’une formation en « otologie médicale » s’amenuise de jour en jour. Le professeur Vincent Darrouzet, ORL au CHU de Bordeaux et président du CNP ORL Bordeaux, explique que « les organisations de médecins généralistes ont demandé à dispenser cette formation. Or, ils n’ont pas les ressources nécessaires! Ils fonctionnent avec des formations virtuelles, à distance, ce qui n’est pas adapté à une formation qui nécessite de faire des tests audiométriques avec du matériel ». Actuellement, la seule formation accessible pour se mettre à jour avec la loi serait le DU d’otologie de Lyon. Sur le congrès de la SFORL, une stagiaire commente: « J’ai participé au DU d’otologie de Lyon, l’année dernière, et il y avait deux ou trois médecins généralistes qui le passaient en même temps que moi. » À ce rythme, il faudra dix ans pour former une trentaine de médecins généralistes, alors qu’ils sont plus de 200 000 en France. Laurent Schmoll, médecin ORL et fondateur de TokTokDoc, une plateforme qui s’occupe de mettre en place la téléconsultation pour les ORL, en a conclu qu’avec cette pénurie de primo-prescripteurs annoncée, il était urgent que les consultations à distance se développent. « Il y a au moins 1,2 million d’audioprothèses à prescrire par an. Il faut que les ORL s’organisent pour faire de la téléconsultation avant que ce soit un “Amazon Care” qui se l’approprie », a-t-il prévenu. En attendant, les généralistes peuvent continuer à prescrire les premières aides auditives pendant encore une quinzaine de jours, jusqu’au 31 décembre 2021.
 
 

Corinne Couté