Snitem : les ventes d’appareils de classe 1 très largement au-dessus de l’objectif fixé par le 100% santé

marché


La réforme du 100% santé a contribué à la forte augmentation des ventes d'aides auditives en 2021. 

Les statistiques du Snitem concernant les ventes d’aides auditives sur le second trimestre de l’année 2021 ont été publiées. Les chiffres confirment l’excellente reprise du marché après un très bon premier trimestre et une année 2020 chaotique due à la pandémie, mais mettent également en évidence la très (trop) importante part d’appareils de classe 1 vendue par rapport à l’objectif défini lors de l’adoption de la réforme.

472 731. C’est le nombre d’appareils auditifs vendus pendant le 2e trimestre de l’année 2021. Au total, 906 928 ventes d’aides ont été enregistrées depuis le début de l’année, un véritable record ainsi qu’une réussite totale du 100% santé. Les ventes réalisées durant les six premiers mois de 2021 sont quasiment équivalentes à celles de toute la période 2020 (918 749), mais il est difficile de mettre en parallèle ces deux années. En revanche, l’augmentation des ventes est nettement plus claire en comparant les ventes totales de 2018 (840 085), 2019 (890 679) et 2020 (918 749 pour rappel).
 
Les écouteurs déportés toujours en top des ventes
Sur le 1er semestre 2021, les écouteurs déportés (RIE) représentent 74,5% des ventes. Ce chiffre demeure stable par rapport à 2020 (74.4% des ventes) et 2019 (74.1%).
La part de modèles BTE vendue ne cesse de diminuer et ne représente aujourd’hui plus que 17.3% contre 17.6% en 2020 et 19.1% en 2019.
Les intra-auriculaires quant à eux semblent se stabiliser autour des 8%. Ils représentaient 7.9% des ventes en 2020 et 6.7% en 2019.

La faramineuse part de classe 1
Depuis le début 2021, les appareils de classe 1 représentent 39.6% des ventes, un chiffre bien supérieur à l’objectif de 20% fixé lors de l’accord sur le 100% santé. Sur l’année 2020, le pourcentage de ce type d’appareil se situait à 16% et à peine 12.5% en 2019, preuve de l’efficacité et de l’engouement des français pour la réforme du 100%, mais aussi des craintes des audioprothésistes sur ce sujet.
 

Lucile Perreau