Une nouvelle étude suggère qu'une perte auditive soudaine n'est pas associée à la vaccination contre la covid-19

recherche scientifique


« Une perte auditive soudaine peut survenir naturellement, il n'a donc pas encore été confirmé si la perte auditive soudaine survenant après la vaccination contre le Covid-19 est une coïncidence ou liée au vaccin », explique le co-auteur de l'étude Daniel Sun.

Dans une nouvelle étude, des chercheurs de la Johns Hopkins Medicine ont conclu que le vaccin contre le SRAS-CoV-2, n’augmentait pas le risque de perte soudaine de l'audition, effet secondaire souvent cité et soupçonné à la suite dudit vaccin. Un article détaillant l'étude est publié sur le site web de Johns Hopkins.

Les chercheurs de Johns Hopkins et de tout le pays ont constaté une augmentation du nombre de patients présentant une perte auditive neurosensorielle après la vaccination par le Covid-19. « Une perte auditive soudaine peut survenir naturellement, il n'a donc pas encore été confirmé si la perte auditive soudaine survenant après la vaccination par le COVID-19 est une coïncidence ou si elle est liée au vaccin », explique le co-auteur de l'étude, Daniel Sun, médecin et professeur adjoint d'otolaryngologie-chirurgie de la tête et du cou à la faculté de médecine de l'Université Johns Hopkins. Bien que les données actuelles ne permettent pas de savoir si la perte auditive est temporaire ou permanente, les médecins traitent la perte auditive comme les autres cas de perte auditive neurosensorielle soudaine idiopathique, avec des stéroïdes par voie orale ou des stéroïdes injectés à travers le tympan dans l'oreille moyenne.
Les chercheurs ont utilisé les données relatives à la perte auditive soudaine après la vaccination provenant du « Vaccine Adverse Events Reporting System » des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies. Du 14 décembre 2020 au 2 mars 2021, sur 86 553 330 personnes ayant reçu une dose des vaccins Pfizer ou Moderna, seuls 40 rapports de perte auditive soudaine ont été enregistrés (0,3 cas pour 100 000 par an). Sur la même période, 43 276 665 patients ont reçu deux doses et 147 rapports ont été signalés et 147 rapports (4,1 cas pour 100 000 par an). Les chercheurs ont limité les rapports à ceux décrivant une perte auditive diagnostiquée par un clinicien dans les trois semaines suivant l'administration du vaccin. Les chercheurs ont choisi les données concernant les personnes ayant subi une perte d'audition dans ce laps de temps, car les doses de vaccins sont espacées de trois à quatre semaines et la perte d'audition examinée après quatre semaines peut ne pas être corrélée au vaccin. « Ces résultats préliminaires des données du VAERS dans la phase précoce de la vaccination sociétale contre le Covid-19 à l'aide de deux vaccins à ARN messager suggèrent qu'il n'existe aucune association entre l'inoculation avec un vaccin à ARN messager SARS-CoV-2 et une perte auditive soudaine », conclut l’étude.
 
« Une perte auditive soudaine peut survenir naturellement, il n'a donc pas encore été confirmé si la perte auditive soudaine survenant après la vaccination contre le Covid-19 est une coïncidence ou liée au vaccin », explique le co-auteur de l'étude Daniel Sun, professeur adjoint d'oto-rhino-laryngologie, chirurgie de la tête et du cou à la faculté de médecine de l'Université Johns Hopkins. « Bien que cette analyse préliminaire suggère que le vaccin COVID-19 n'est pas associé à une perte auditive soudaine, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour répondre à cette question », a précisé l'auteur principal de l'étude, Eric Formeister, médecin et boursier en neurotologie à la faculté de médecine de l'Université Johns Hopkins. Afin de valider les résultats préliminaires de leur dernière étude, les chercheurs aimeraient mener des enquêtes complètes permettant de définir plus précisément le risque de perte auditive après la vaccination. Ils prévoient également de rechercher tout facteur de risque médical spécifique qui pourrait augmenter le risque de développer une perte auditive soudaine après la vaccination chez certains individus.
 

Lucile Perreau