Les inquiétudes du SDA sur le 100% Santé reprises dans « Le Monde »

déclaration


Luis Godinho demande aux organismes complémentaires de garantir un remboursement minimal équivalent, et ce quel que soit le dispositif choisi par l’assuré, autrement dit, qu’il s’agisse d’un appareil de type classe 1 ou 2.

Dans le cadre de la mise en place du 100% Santé, le quotidien national « Le Monde » a consacré un article sur le sujet, avec notamment une intervention du président du SDA, dans son édition du samedi 16 janvier 2021.

L’article rédigé par Pauline Janicot rappelle tout d’abord que près de 6 millions de Français souffrent de difficultés d’audition, selon l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), et que parmi la bonne moitié qui pourrait être appareillée, seulement 35% le sont. La journaliste explique par la suite le procédé du 100% Santé ainsi que tous les changements que cela va apporter, aussi bien pour les patients que pour les audioprothésistes.
À la fin de l’article, la parole est donnée à Luis Godinho, président du Syndicat des audioprothésistes (SDA), qui réitère ses craintes quant à un éventuel détournement de l’esprit de cette réforme. « Les aides auditives de classe 2 fournissent des options techniques supplémentaires pouvant faciliter la vie au travail ou améliorer la réhabilitation lors de certaines pathologies », précise-t-il. Cependant, plusieurs assureurs et mutuelles ont décidé de réduire fortement le niveau de remboursement de ces appareils de dernière génération. « Cela restreint le choix de son équipement par le patient, et prive défait les plus modestes, notamment, de l’accès à ces appareils », redoute le président du SDA. Il demande par conséquent aux organismes complémentaires de garantir un remboursement minimal équivalent, et ce quel que soit le dispositif choisi par l’assuré, autrement dit, qu’il s’agisse d’un appareil de type classe 1 ou 2.
 
L’article évoque également les multiples actions et revendications du SDA, notamment, la création d’un code de bonnes pratiques pour les audioprothésistes, avec dans le viseur la fin des publicités/offres commerciales « trompeuses ».


Lucile Perreau