Oticon parie à son tour sur l'intelligence artificielle

Nouveauté produit


Les équipes de recherche et développement d'Oticon travaillle sur des capteurs pour monitorer le porteur et sur l'intelligence artificielle

Oticon vient de dévoiler quelques éléments de sa prochaine gamme d'aides auditives, dont la sortie devrait se faire prochainement : capteurs et intelligence artificielle sont de la partie.

Eric Bougerolles, responsable audiologie chez Oticon France explique les nouveaux aspects technologiques des aides auditives actuellement en développement chez Oticon : 
"Bien sûr l’intelligence artificielle va continuer de prendre de plus en plus de place dans le développement de nos aides auditives. Nous croyons beaucoup au machine learning, c’est-à-dire à la capacité d’auto-apprentissage des machines. Aujourd’hui on peut soumettre une machine à différentes tâches ou environnements complexes et la laisser apprendre à s’ajuster au mieux. Une fois l’apprentissage effectué par une machine, il est possible de partager cette connaissance parmi toutes les machines du même type. L’aide auditive de demain sera conçue sur ce principe et ses performances seront décuplées grâce à l’intelligence artificielle."
Grâce à l'évolution des puces intégrées aux audioprothèses, les marques introduisent actuellement des systèmes permettant aux règlages de s'adapter à l'environnement sonore et d'apprendre de celui-ci pour la suite. Dans la dernière gamme de Widex, on trouve des modèles qui se géolocalise, enregistre sa position et reproduise le règlage la fois suivante lorsque le porteur revient au même endroit.

"La e-santé est également une préoccupation majeure de nos chercheurs. Nous travaillons déjà sur des aides auditives capables de monitorer certaines fonctions vitales telles que la température corporelle, la pression artérielle, la glycémie, le rythme cardiaque, etc. Non seulement ces données pourront servir d’alertes pour certaines fonctions mais leur recueil permettra d’alimenter une gigantesque base de données sur laquelle le Machine Learning pourra s’appuyer.

La rédaction