L'admission en école d'audioprothèse se fera sur dossier

formation


Les concours sont tous annulés

Olivier Véran, Ministre des Solidarités et de la Santé, et Frédérique Vidal, Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, ont annoncé les modifications pour le calendrier et les modalités d'organisation des concours et entrées dans les différentes professions paramédicales en raison de la crise sanitaire actuelle.

Ces concours, concernant les audioprothésistes mais les orthophonistes, les infirmiers, les ergothérapeutes..., seront remplacés par un examen des dossiers académiques des candidats dans le cadre de la procédure nationale de préinscription via la plate-forme Parcoursup.

Pour les sélections en écoles d'audioprothèse, la plupart des écoles avait déjà prévu une sélection sur dossier à l'exception notamment de Lille et Evreux. Mais la position gouvernementale est formelle et ne permettra pas le report. De même, la possibilité de conserver des entretiens oraux, qui était demandé par la Fédération Nationale des Etudiants en Audioprothèse (FNEA) pour compléter les dossiers n'a pas été retenu afin d'assurer l'équité entre les candidats, tous n'ayant pas accès à une connexion Internet de qualité.

Concernant les passages en année supérieure, la FNEA a pour objectif de s'assurer que les conditions d'admission seront claires et permettront à tous les étudiants valider leur année dans les meilleures conditions sans être pénalisés et sans « avoir un partiel ou un stage au rabais ». « Il est très important que les écoles fassent en sorte que les étudiants puissent rattraper les semaines perdues cette année au cours des autres années de leur scolarité », souligne Florian Fourtet, Président de la FNEA. « Des stages en Ehpad ou à l'hôpital peuvent être envisagés même à travers de courtes périodes dans les prochaines années. Il en va de la formation des étudiants, nous avons besoin de pratique ».

Les écoles et universités ont modifié leur calendrier et gèrent individuellement leur système de passage en classe supérieur.

Ainsi, par exemple, à Lyon, les première et deuxième année avaient fini les cours. Leurs stages ayant été interrompus, une prolongation de quatre semaines est prévue l'année prochaine dans la foulée de leur stage habituel. A Bordeaux, les troisième année venaient de commencer leur stage et le poursuivront à la levée du confinement mais sans recherche clinique. A Montpellier, tous les stages ont été stoppés et seront compensés, dans un premier temps, par des TP en ligne réalisés en partenariat avec le CNA et des enseignes.

Concernant les partiels, certains étudiants les ont déjà terminés. Pour les autres, comme à Nancy, ils se feront en ligne comme sans doute à Lyon pour les troisième année.

 

Nathalie Bloch-Sitbon