Christine Petit et Paul Avan sur le rôle de la pejvakine

À l’occasion du 13e Congrès de la Société française d’Audiologie (SFA) qui se tenait à Lille les 6 et 7 novembre, les professeurs Christine Petit et Paul Avan ont ouvert le bal des interventions afin de présenter les résultats de leurs récents travaux sur les causes génétiques de l’hypervunérabilité à l’exposition sonore. En d’autres termes, les chercheurs ont découvert qu’une atteinte génétique pouvait être à l’origine de pertes de l’audition déclenchées par des sons même faibles. Leur étude, qui a permis d’identifier la fonction clé de la pejvakine, une protéine dont l’absence est liée aux surdités provoquées par le bruit, a été publiée dans la revue américaine Cell le 5 novembre.

Dans cette interview exclusive, ils expliquent les principaux résultats de cette étude.