Des processus centraux impliqués dans la localisation sonore.

Binauralité

Audio infos
Audiology infos

Localiser les sons aide l'homme et certains animaux à séparer les signaux auditifs superposés et requiert le repérage des différences interaurales de synchronie et d'intensité. Produites par de faibles variations de distance entre la source sonore et chacune des oreilles et par l'effet d'ombre de la tête, ces différences supposent une grande fidélité temporelle de la neurotransmission, assurée par les noyaux des neurones du tronc cérébral. Ceux-ci expriment des canaux potassiques voltage-dépendants, contenant la sous-unité Kv1.1, qui interviennent dans le phénomène de transmission du message électrique. De précédentes études in vitro et in vivo ont suggéré que cette sous-unité serait impliquée dans la localisation sonore, mais n'ont pas déterminé si le processus impliquait des voies centrales ou périphériques.

Des chercheurs américains de l'université de Rochester (États-Unis) ont donc étudié l'aptitude à la localisation sonore et les seuils auditifs chez des souris invalidées pour le gène Kcna1, codant la sous-unité Kv1.1. Comparées aux individus sauvages, ces souris modifiées présentaient une excitabilité et une asynchronie plus grandes de leurs potentiels évoqués auditifs supraliminaires, tout en gardant des seuils auditifs normaux. Ces résultats suggèrent que c'est la perturbation des processus neuronaux centraux, et non une perte d'audition périphérique, qui est responsable de l'amoindrissement de la localisation sonore chez les souris invalidées pour le gène Kcna1.

Source: Allen PD et Ison JR. Kcna1 gene deletion lowers the behavioral sensitivity of mice to small changes in sound location and increases asynchronous brainstem auditory evoked potentials but does not affect hearing thresholds. J Neurosci. 2012;32(7):2538-43.


Crédit photo : DEBEIR T. Inserm

K.D.