Un traitement antioxydant préserve l'audition après une explosion

Traitement

Audiology infos
alt

Une explosion entraîne une brusque surpression qui peut endommager le système auditif, allant jusqu'à la rupture de la membrane tympanique et la fracture de l'osselet. Ce traumatisme se traduit plus fréquemment par une perte auditive neurosensorielle sévère et durable. Des chercheurs du Hough Ear Institute à Oklahoma City (États-Unis) ont testé une approche médicale simple pour protéger l'audition des victimes de tels accidents. Ils ont étudié sur des rats l'effet d'un cocktail d'antioxydants : le NAC (N-acétylcystéine), utilisé contre la nécrose du foie, et le HPN-07 (2,4-disulfonyl a-phényl tert-butyl nitrone), un neuroprotecteur utilisé chez les victimes d'accidents vasculaires cérébraux.

Les rats sont soumis à trois ou quatre surpressions successives et modérées : d'une durée de 1,0 microseconde, chaque signal sonore équivaut à un bruit de 194 dB SPL, ce qui n'est pas suffisant pour provoquer une surdité totale par arrachage du tympan. Le traitement consiste en une série d'injections intra-péritonéales d'antioxydants, qui débute une heure après l'explosion et se poursuit pendant deux jours. L'efficacité du traitement est évaluée par la mesure de la réponse évoquée auditive du tronc cérébral et des otoémissions acoustiques par produit de distorsion (DPOAE) pendant 21 jours. Si aucun impact n'est observé trois heures après l'explosion, une amélioration significative est mesurée dès 24 heures.

À trois semaines, le seuil de réponse du tronc cérébral passe de 30 dB chez les rats non traités à 10 dB après traitement, une restauration des capacités auditives étant également détectée par les otoémissions acoustiques. D'un point de vue histologique, si un saignement au niveau de la cochlée est observé dans 40 % des cas chez les rats non traités, cette proportion chute à 10 % pour les rats traités aux antioxydants. La perte de cellules ciliées externes est également minime par rapport au groupe contrôle. Les auteurs concluent donc que "l'administration d'antioxydants réduit de façon significative les dommages structurels et fonctionnels permanents qui résultent de l'exposition à une surpression explosive", envisageant ainsi un traitement simple et efficace pour protéger notamment l'audition des soldats sur les théâtres d'opérations.

Source : Ewert DL et al. Antioxydant treatment reduces blast-induced cochlear damage and hearing loss. Hearing Res. 2012;http://dx.doi.org/10.1016/j.heares.2012.01.013

Crédit photo : © Mateusz Stachowski - sxc.hu

G.F.