Un entraînement auditif pour améliorer la compréhension de la parole

Recherche

Dan Polley dans son laboratoire. © John Earle / Mass. Eye and Ear

À quoi bon entendre si l’on ne comprend pas ? Des chercheurs de l’université Harvard ont mis au point un entraînement « audiomoteur » permettant d’améliorer la compréhension de la parole chez les malentendants.

Ce programme consiste en un système d’apprentissage à boucle fermée, c’est-à-dire qu’il tient compte, au fur et à mesure de l’exercice, des résultats de l’utilisateur. Dans le cas présent, l’utilisateur devait trouver, avec son doigt ou un stylet, sur un écran, le périmètre d’une pièce de puzzle invisible, puis la placer correctement au sein du puzzle ; pour chaque étape, il était guidé par des indices sonores : par exemple, le ratio signal/bruit augmentait quand l’utilisateur approchait d’une arête du polygone. Ainsi, dans le cadre d’une étude randomisée en double aveugle, 12 adultes, âgés de 70 ans en moyenne, souffrant de perte auditives moyennes à sévères et appareillés depuis 7 ans en moyenne, ont suivi cet entraînement, quand 12 autres (mêmes caractéristiques) en suivaient un autre, visant à améliorer la mémoire de travail. L’entraînement durait huit semaines, à raison de 3 heures et demi d’exercice par semaine. Les travaux ont publiés dans la revue Current Biology.

 Dans l’ensemble les sujets des deux groupes ont progressé de manière équivalente pour leurs exercices respectifs. En revanche, une meilleure intelligibilité a été notée pour le groupe « audiomoteur », surpassant le groupe « mémoire » de 25 % en termes d’identifi cation de mots dans le bruit. Par ailleurs, l’entraînement audiomoteur offrait un bénéfice plus de trois fois supérieur à celui des aides auditives des personnes testées pour le traitement de la parole dans des conditions d’écoute bruyantes. Toutefois, cette amélioration ne perdurait pas dans le temps, après la fin de la période d’entraînement.

BS