Acouphènes : un terrain génétique ?

Recherche

© iStockphoto

L’acouphène est encore aujourd’hui une pathologie mal comprise et les causes, qui sont multiples, ne sont pas toutes identifiées. Il est possible que certains acouphènes aient une origine génétique, ou du moins qu’il existe un terrain génétique favorable à leur développement.

Afin d’investiguer cette possibilité, des chercheurs belges de l’université d’Anvers ont réalisé une étude d’association génomique à large échelle (GWAS, pour genome wide association study), qui consiste à comparer le génome de personnes atteintes de la pathologie étudiée avec le génome de personne saines, et de relever les différences significatives (aspect quantitatif) et pertinentes (aspect qualitatif). Dans cette étude, publiée dans la revue en ligne Frontiers in Neuroscience, les auteurs ont comparé les génomes de 167 personnes souffrant d’acouphènes avec ceux de 749 personnes « saines ».

Quatre millions de mutations potentielles (appelées single nucleotide polymorphism ou SNP), susceptibles d’être en lien avec les acouphènes, ont ainsi été scrutées. Sur l’ensemble de ces SNP, aucune différence significative n’a été relevée entre la population des acouphéniques et la population contrôle. Une analyse statistique a montré que l’ensemble des variations génétiques mises en évidence contribuaient au phénotype acouphène à hauteur de 3,2 % seulement. Les auteurs estiment toutefois qu’en classant les acouphènes en sous-types, il serait possible de mettre en évidence une origine génétique pour certains d’entre eux.

BS