Une nouvelle cause de surdité cachée

Recherche

© istockphoto

Les surdités cachées sont ces pertes auditives que l’audiométrie classique ne détecte pas. Jusqu’à présent, on les attribuait à des synaptopathies uniquement. Mais Gabriel Corfas et Guoqiang Wan, de l’Institut de recherche sur l’audition Kresge, à l’université du Michigan (États-Unis), ont découvert que ces surdités cachées peuvent aussi être provoquées par une perte temporaire des cellules de Schwann, qui constituent la gaine de myéline des neurones. Leurs travaux sont publiés dans la revue Nature Communications.

Pour mettre en évidence ce phénomène, les chercheurs ont procédé à une ablation des cellules de Schwann dans des cochlées de souris. Cette ablation a provoqué une démyélinisation rapide mais temporaire du nerf auditif : les chercheurs ont en effet observé une régénération des cellules de Schwann et une re-myélinisation, mais imparfaite sur la portion du nerf la plus proche de la cochlée. Ceci entraîne une atteinte auditive permanente, se traduisant par des mesures audiométriques similaires à celles d’une synaptopathies : les seuils d’otoémissions et de potentiels évoqués sont inchangés, mais les caractéristiques de l’onde I des potentiels évoqués (latence, amplitude) témoignent d’une altération nerveuse, donc d’une surdité cachée.

BS