Un consortium de recherche pour étudier la démence et les troubles de la vision et de l’audition

Recherche

image
© SENSE-Cog

Un nouveau consortium de recherche, mené par l’université de Manchester (Angleterre) et baptisé SENSE-Cog, va bénéficier d’un financement de la Commission Européenne pour les cinq prochaines années afin d’étudier les effets combinés de la démence, des troubles de l’audition et de la vision.

Les objectifs de ce projet de recherche sont de comprendre les interactions entre les troubles sensoriels d’une part et la cognition et la santé mentale d’autre part, d’identifier de nouveaux moyens de détection pour établir un diagnostic et mettre au point des thérapies, et enfin convertir ce savoir en applications cliniques, pour le bien des citoyens européens. 6,5 millions d’euros ont ainsi été alloués pour que ces objectifs soient atteints.

Le consortium est composé d’établissements de recherche, d’hôpitaux et d’industriels, parmi lesquels les universités de Sophia Antipolis et de Bordeaux, le CHU de Nice et le fabricant Starkey.

« Des millions de personnes au Royaume-Uni et en Europe souffrent de cette combinaison de troubles, et la prévalence ne va faire qu’augmenter en même temps que la population vieillit, commente le Dr Piers Dawes, audiologiste à l’université de Manchester et co-leader du projet SENSE-Cog. C’est pour cela que nous devons comprendre l’ampleur du problème puis équiper la population et les professionnels de santé avec les outils dont ils ont besoin pour y faire face. Si nous pouvions réduire les handicaps dus aux troubles de l’audition et de la vision, cela offrirait un potentiel énorme pour améliorer le bien-être mental et même différer les détériorations liées à la démence. »

BS