Les acouphéniques traitent les émotions différemment

Acouphènes

Audio infos
Audiology infos
© lassedesignen
© lassedesignen - Fotolia

Selon des travaux réalisés par des chercheurs de l’université Urbana-Champaign, dans l’Illinois, les personnes acouphéniques ne traitent pas les émotions de la même manière que les autres. L’imagerie cérébrale (IRM fonctionnelle) a en effet révélé des différences entre le cerveau d’acouphéniques et celui de non-acouphéniques, lorsqu’ils étaient soumis à des stimuli sonores émotionnels (comme un enfant qui pleure, une personne qui rit, etc.).

Les chercheurs américains ont réalisé leurs expériences sur 37 personnes réparties en trois groupes : les personnes souffrant d’acouphènes et de perte auditive (13), celles atteintes de perte auditive uniquement (12) et les normo-entendants sans acouphène (12). Chaque sujet devait écouter 30 sons désagréables, 30 agréables et 30 neutres. Leur cerveau était simultanément observé en IRM fonctionnelle.

Concrètement, les résultats montrent que l’activité dans certaines zones du cerveau varie d’un groupe à l’autre. Surtout, ils indiquent que, chez les acouphéniques, les différences ne résident pas au niveau du cortex auditif, mais dans d’autres régions du cerveau, comme le système limbique, une zone qui traite notamment les émotions. Ce qui indique que le son est traité de la même manière, mais que c’est l’émotion qui est traitée différemment chez les acouphéniques. Selon les auteurs, il s’agit d’une adaptation du cerveau à l’acouphène, témoin de sa plasticité. Ainsi, ils ont observé une activité moindre dans l’amygdale des acouphéniques, une région dédiée à l’émotion. Pour eux, c’est qu’une partie de l’amygdale a été réattribuée à d’autres fonctions, car elle serait sinon en constante activité à cause du bruit désagréable de l’acouphène. Les futurs travaux de ces chercheurs devraient permettre de déterminer le lien exact entre les acouphènes et l’amygdale ainsi que chacune des zones cérébrales analysées au cours de ces expériences.

Source : JR Carpenter-Thompson et al. Alterations of the emotional processing system may underlie preserved rapid reaction time in tinnitus. Brain Resaearch 2014;1567:28-41

BS