Quand les osselets mettent sur la piste du chaînon manquant

Anthropologie

Audio infos
Audiology infos

Comment entendaient les australopithèques ? Difficile à dire, à la seule étude de leurs osselets fossilisés. Toutefois, ces traces du passé peuvent  se révéler de solides indices concernant l’évolution humaine. L’analyse des osselets de deux hominidés, un Australopithecus africanus et un Paranthropus robustus, vient d’apporter un nouvel éclairage sur la question.

Un set complet d’osselets de P. robustus a été retrouvé – il représente d’ailleurs le plus vieil ensemble complet jamais retrouvé – tandis que seuls un étrier et un marteau appartenant à A. africanus ont été découvert. Ces cinq osselets, provenant des sites sud-Africains de Swartkrans et Sterkfontein respectivement, datent d’environ 1,8 million d’années pour la première espèce et de 2,1 à 3,3 millions d’années pour la seconde.

Les anthropologues les ont comparés entre eux, mais également avec des osselets de grands singes et d’humains actuels. Ces analyses montrent que, dans l’ensemble, l’étrier de ces deux espèces d’hominidés et l’enclume de P. robustus sont plus proches de ceux de grands singes que de ceux des Hommes, aussi bien en termes de forme que de taille. En revanche, les marteaux sont similaires à ceux des humains et plus petits que ceux des grands singes.

Il est cependant difficile de tirer des conclusions concernant l’audition de ces hominines (australopithèques et humains), tant celle-ci ne dépend pas uniquement de la morphologie de l’oreille moyenne. Toutefois, la petite taille de l’enclume est caractéristique d’une légère diminution de la sensibilité auditive dans les fréquences moyennes. Un schéma retrouvé chez les chimpanzés, par exemple.

La découverte a peut-être davantage de portée en termes évolutifs. Ainsi, de même que la présence des trois osselets est réservée aux mammifères, la petite taille du marteau pourrait être une synapomorphie, un caractère commun aux australopithèques (et leurs descendant du genre Pananthropus) et aux individus du genre Homo. Ce caractère serait hérité de leur ancêtre commun qui vivait il y a plus de 3 millions d’années.

Source : Quam RM et al. Early hominin auditory ossicles from South Africa. PNAS 2013.

Photo : En haut, les osselets de Paranthropus robustus et en bas, ceux de Australopithecus africanus. Avec l’autorisation de Rolf Quam.

B.S.