L’aire de Broca, bien au-delà du langage

Recherche

Audiology infos
alt

On connaît bien le rôle fondamental de l’aire de Broca dans la production de la parole et dans certains aspects de la compréhension des informations orales. Mais les recherches récentes, menées grâce au développement des techniques d’IRM fonctionnelle, apportent un autre regard sur cette petite région du cortex frontal inférieur gauche.

D’après les résultats rapportés par des chercheurs en neurosciences du MIT (Massachusetts Institute of Technology), l’aire de Broca est en fait constituée de deux sous-unités fonctionnellement distinctes. L’une est spécifiquement dédiée au processus de langage, tandis que l’autre s’intègre dans un réseau fonctionnel plus global et diffus d’unification des fonctions cognitives.

Cette double fonction a pu être visualisée en IRM fonctionnelle. Une première région, celle du langage, s’allume lors de la lecture « mécanique » d’une suite de mots dénuée de sens et est activée de manière plus importante dès lors qu’il s’agit de lire des phrases complexes et porteuses de sens. Mais, lors des tâches cognitives complexes, comme la résolution d’un problème de mathématiques ou des tâches de mémorisation, c’est une autre partie de l’aire de Broca qui s’allume, là aussi de manière proportionnelle à la difficulté de la tâche accomplie. La cartographie obtenue grâce à l’imagerie fonctionnelle montre que la région de l’aire de Broca activée lors des tests cognitifs est spatialement distincte de celle dédiée au langage.

Ainsi, selon Evelina Fedorenko, auteur de l’étude récemment parue sur le sujet dans la revue Current Biology*, « Nous ne devrions peut-être plus parler de ‘l’aire de Broca’, car il ne s’agit manifestement pas d’une unité fonctionnelle homogène ». Reste à savoir si et comment les deux réseaux « des aires de Broca » communiquent entre eux…

* Fedorenko E et al. Language-Selective and Domain-General Regions Lie Side by Side within Broca's Area., Duncan J, Kanwisher N. Curr Biol. 2012.

Arielle le Masne