La perception des sons désagréables serait modulée par les émotions

Cortex auditif

Audio infos

L’amygdale, qui participe au traitement et à la régulation des émotions, et le cortex auditif interagiraient dans la réponse aux sons déplaisants. L’équipe de chercheurs dirigée par Thimoty D. Griffith, de l’Institut Max Planck des sciences cognitives et cérébrales humaines de Leipzig (Allemagne), s’est penchée sur la représentation neurale qui se passe lors de l’écoute d’un son désagréable, comme celui produit par le crissement des ongles sur un tableau noir. L’étude sous IRM fonctionnelle publiée dans The Journal of Neuroscience révèle le rôle de l’amygdale dans l’encodage des caractéristiques du son d’une part ainsi que de sa valence émotionnelle (positive ou négative) d’autre part. Les caractéristiques du son seraient véhiculées par le cortex auditif jusqu’à l’amygdale et en retour, cette structure cérébrale assignerait une valence émotionnelle (en l’occurrence négative) au son, ce qui influencerait le cortex auditif et expliquerait les réactions d’aversion manifestées en présence d’un bruit perçu comme désagréable.

Source : Kumar S et al. Features versus Feelings: Dissociable Representations of the Acoustic Features and Valence of Aversive Sounds. J Neurosci. 2012;32(41):14184-92.

Crédit photo : snaptitude - Fotolia.com

F.B.