Au service des médecins ORL depuis plus de 50 ans

publi-reportage

Depuis sa création, il y a plus d’un demi-siècle, Interacoustics s’attache à fournir la gamme la plus complète et performante de produits adaptés à chaque besoin. Avec le tympanomètre AT235 et l’audiomètre hybride AD629, la société démontre une nouvelle fois sa capacité à proposer des solutions diagnostiques de premier ordre, pour accompagner les médecins ORL dans leur quotidien.

Améliorer le flux de travail quotidien des médecins ORL, leurs possibilités de diagnostic, et leur proposer un service d’assistance unique, au moment et à l’endroit où ils en ont besoin. C’est ainsi que pourrait être résumée la philosophie de la société́ Interacoustics, dans laquelle s’inscrivent parfaitement l’AT235 et l’AD629.
Le tympanomètre AT235 est d’utilisation simple et propose des protocoles flexibles pour des mesures de dépistage et de diagnostic. Sa gamme de tests comprend la tympanométrie, les tests réflexes acoustiques ipsilatéraux et contralatéraux, les tests de fonctionnement de la trompe d’eustache et l’audiométrie en conduction aérienne, avec fonction de test automatisé.

L’audiomètre hybride AD629, propose une audiométrie autonome et sur PC, en un seul système. Il s’utilise comme un audiomètre mais propose des fonctionnalités généralement réservées aux plateformes PC, comme l’intégration EMR, le stockage multiple de données/patients, des outils de création de rapports et l’intégration à des bases de données (NOAH, OtoAccessTM). L’AD629 offre également des fichiers sons intégrés pour différentes évaluations – y compris QuickSin, évaluation hautes fréquences étendues, calculs PTA, etc.

L’AT235, la tympanométrie conviviale et fiable

« Le premier avantage de l’AT235 est l’écran haute résolution en couleur sur lequel on voit les courbes en temps réel Il est inclinable et peut être fixé au mur, pour gagner en ergonomie et en place », explique Filipe Vieira, responsable du Service Expertise Technique Interacoustics. Le premier, mais pas le seul. Avec l’AT235, tous les protocoles sont paramétrables, permettant d’effectuer des examens rapides et multi-utilisateurs. Un mode manuel est également disponible avec l’AT235h pour contrôler la pompe. Cette dernière a été renouvelée pour ralentir au pic de pression et accélérer dans les autres zones. Son câble a lui aussi été encore amélioré. « La fiabilité de la partie mécanique de la pompe a été revue dans l’objectif que son tube s’use encore moins, il est donc plus performant sur la durée. Le système dispose d’une sonde diagnostique et une autre clinique avec des voyants couleur qui donnent l’avancement du test. L’ORL n’est donc pas obligé de regarder l’appareil en continu. Il peut aussi changer d’oreille directement sur la sonde sans avoir à agir sur l’appareil », détaille Filipe Vieira.

Grâce aux diodes colorées, il est également possible de contrôler plus facilement le côté stimulé et la qualité de l’étanchéité de la sonde. Le tympanomètre intègre également un conditionnement visuel pour les enfants, rendant plus aisé le déroulement de l’examen. Grâce à l’impression par port USB sur une imprimante standard, l’ORL n’a plus besoin de se procurer une imprimante dédiée, l’impression se fait en direct et peut être affichée sur l’écran via un port HDMI. Enfin, l’AT235 permet de stocker des milliers de données directement dans le logiciel de gestion ORL.

L’AD629, l’audiomètre hybride

L’AD629 se distingue par sa grande facilité d’utilisation et son ergonomie, grâce, là aussi, à un grand écran couleur inclinable. « L’audiogramme apparaît directement à l’ écran pour l’oreille  droite et pour la gauche. Cela permet de visualiser en temps réel le type de perte du patient, contrairement aux anciens appareils où il fallait enregistrer les valeurs et faire un relevé manuel pour la courbe », confirme M. Vieira. Grâce à des protocoles entièrement paramétrables pour des examens rapides et multi-utilisateurs, l’audiomètre hybride est personnalisable et permet d’utiliser sur PC le module TinnitoTool pour la quantification des acouphènes. Comme pour l’AT235, l’impression n’est plus tributaire d’une imprimante dédiée et peut être effectuée en mode autonome (std) ou en pilotage complet par PC (hybride). L’impression et le rapport peuvent être combinés : l’assistant d’impression allie des données audiométriques, d’impédance et d’appareillage pour produire un rapport complet pour le patient.


De plus, grâce à l’intégration des listes de mots du Collège National, le lecteur CD externe est devenu inutile, d’où un gain de place et d’ergonomie. « Nous avons beaucoup amélioré ce point, car il est maintenant possible de grouper les phonèmes sur l’appareil directement. On peut avoir l’option si c’est un AD629b ou e », se félicite le responsable. Le modèle AD629e fournit toutes les fonctionnalités (aérienne, osseuse, et masquage) pour réaliser un diagnostic et pour l’utilisation clinique. L’AD629 dispose également de l’option Audiométrie Haute-Fréquence jusqu’à 20.000 Hz avec un casque dédié de type HDA 300. Sa capacité de stockage de données s’étend jusqu’à 500 patients et 50 000 audiogrammes, qu’il intègre directement dans le logiciel de gestion ORL (Innoforce). La base de données peut ensuite être exportée sur PC (OtoAccess & Diagnostic Suite).

Un accompagnement sur-mesure

« Les deux appareils sont très simples d’utilisation et intuitifs. Il y a suffisamment d’informations à l’écran et les touches sont assez bien repérées pour que les utilisateurs s’y retrouvent facilement ». Une formation d’une demi-heure à une heure, ou plus si besoin, est cependant toujours organisée par Interacoustics lors de l’installation de nouveau matériel. La plupart du temps, les utilisateurs prennent des notes et rappellent le formateur par la suite, s’ils rencontrent des problèmes dans leur pratique quotidienne avec l’appareil. « Ce sont des systèmes que les médecins connaissent dans leur fonctionnement global et ils en sont généralement très satisfaits car ils leur facilitent la tâche. Ce sont des matériels beaucoup moins encombrants, avec toutes les données sur un seul et même écran, une impression directe, etc. Pour eux, c’est un vrai gain de temps », conclut Filipe Vieira.

Que vous apporte l’audiomètre AD629 d’Interacoustics dans votre pratique ?

Cela fait environ trois ans que nous l’utilisons, et nous avons d’ailleurs deux audiomètres AD629 puisque nous disposons de deux cabines d’audiométrie. A l’époque, nous voulions changer nos anciens systèmes d’audiométrie : s’ils étaient parfaits en audiométrie tonale et se calibraient facilement, ils étaient moins pratiques en audiométrie vocale, puisque nous étions obligés de recourir à des listes d’audiométrie vocale sur CD, avec un ordinateur, un iPod, un lecteur de CD... Nous avons alors testé plusieurs options, mais aucunes ne nous satisfaisaient pleinement, tout simplement parce qu’elles n’étaient pas pratiques du tout. Ce qui nous a séduits dans l’AD629 d’Interacoustics, c’est que les listes d’audiométrie vocale se trouvent sur un disque dur et se calibrent automatiquement. C’est ce qui a fait la différence pour nous car cela évite d’avoir 36 appareils dans le cabinet.

Cela représente donc un réel gain de temps au quotidien ?

C’est premièrement un gain de temps mais aussi un gain de place et, surtout, un gain de précision, ce qui est très important. En audiométrie vocale, les listes dont on dispose ne sont pas toujours auto-calibrées, comme je vous le disais, et nécessitent un calibrage manuel : grâce à l’AD629, les résultats sont beaucoup plus précis. C’est vraiment très pratique et c’était, selon moi, une évolution logique pour un audiomètre. Tout intégrer dans l’audiomètre est absolument essentiel.


Avez-vous été formé à l’utilisation de l’AD629 ?

C’est Thierry Vallée, le représentant Interacoustics dans l’Ouest de la France, qui est venu installer nos deux appareils une première fois et nous a formés à deux reprises, mes assistantes et moi même. Je suis très content d’avoir un seul et unique correspondant parce que nous sommes un gros cabinet d’ORL et lorsque nous rencontrons un
problème, il est primordial que nous ayons simplement à décrocher notre téléphone pour joindre un seul interlocuteur qui nous répond immédiatement et qui nous dépanne. Pour moi, c’est essentiel, tout comme le fait que M. Vallée travaille sur le terrain depuis longtemps et connaisse bien notre cabinet et nos besoins. Mais il faut reconnaître que l’utilisation de l’AD629 est très intuitive, son utilisation se passe donc vraiment bien.

Comment avez-vous été amené à utiliser l’AT235 d’Interacoustics ?

Nous voulions acquérir un audiomètre performant pour notre centre d’audiologie, et avons opté pour l’audiomètre AC40 d’Interacoustics. Nous avons profité de l’occasion pour renouveler notre tympanomètre AT325 vieillissant. Le nouveau modèle utilise la même interface que les autres produits de la marque, ce qui était déjà un très bon point. Ensuite, il est facile de maniement, silencieux et plus rapide. Il offre également de nombreux programmes de paramétrage qui sont vraiment très intéressants. Il est aussi compatible avec le logiciel OtoSuite, ce qui permet d’enregistrer les résultats dans la base de données. C’est donc un vrai gain de temps au quotidien, car cette intégration automatique peut nous éviter de recopier le tympanogramme sur un document.


Quelles autres spécificités de l’AT235 vous ont séduit ?

Un point en particulier : il permet de voir en temps réel les réflexes stapédiens se tracer. On peut ainsi exclure des mesures erronées, par exemple parfois, quand le patient bouge, ou déglutit. Cette fonctionnalité n’existait pas vraiment sur les autres tympanomètres. Pour les enfants, il existe une petite fenêtre ludique avec une locomotive (que l’on trouvait d’ailleurs déjà sur l’ancien modèle) sur laquelle ils fixent leur attention et sont ainsi plus calmes et moins stressés pendant le test, ce qui facilite notre travail. En fait, il y a beaucoup de nouvelles possibilités avec l’AT235 par rapport au modèle ancien.

Avez-vous rencontré des difficultés pour vous familiariser avec ce nouvel appareil ?

Nous sommes plusieurs à l’utiliser au CH de Lens : mes collègues médecins ORL, l’audiométriste avec laquelle nous travaillons et moi-même. Il nécessite effectivement un certain apprentissage pour maîtriser son potentiel, mais les réglages de bases sont déjà performants. Franck Simonin, le commercial Interacoustics de la région, nous a formés sur l’AT235 et nous a tout expliqué au moment de son installation qui a eu lieu en même temps que celle de l’AC40. Nous utilisons surtout le tympanomètre pour le tympanogramme et l’étude des réflexes stapédiens, mais il y a d’autres fonctions, comme celles d’analyse de la fonction de la trompe d’Eustache que j’ai découvertes par la suite.