Nils Morel : « Je prends la suite d’un président exemplaire »

VIE SYNDICALE


Le Dr Nils Morel a été élu président du SNORL le 26 janvier 2018.© SNORL

Le Dr Nils Morel a été élu à l’unanimité nouveau président du Syndicat National des médecins spécialisés en ORL et chirurgie Cervico-faciale (SNORL), le 26 janvier 2018, lors des Assises, à Nice. 

Il succède à Jean-Michel Klein avec entre autres l’ambition de réorganiser le stage en milieu libéral et de jeter les bases de la télémédecine. Il revient également sur le bilan de son prédécesseur et donne son opinion sur « le reste à charge zéro ».
De son prédécesseur, Nils Morel ne tarit pas d’éloge : « Même s’il est difficile de résumer les six années de présidence de Jean-Michel Klein, il laisse un bilan extrêmement positif. Il a toujours été très rassembleur grâce à ses déplacements en province, ses participations aux congrès scientifiques ou encore la création de la CNP ORL. Son rôle dans la valorisation d'actes auprès de la CPAM (les fibroscopies en particulier) a été déterminant et il a permis de laisser la possibilité aux ORL d'être accrédités par la HAS.  Il a lancé la création de l’ORL-DPC, des ateliers ORL-pro et a organisé le forum ORL, ainsi que des partenariats avec la MACSF et AG2R… Je prends la suite d’un président exemplaire ! »

Reste à charge zéro : entre nécessité et sacrifices
Sur la question actuelle du reste à charge zéro, Nils Morel a un point de vue plus nuancé que celui de nombreux acteurs du secteur de l’audioprothèse : « On ne peut se prononcer catégoriquement contre la dissociation. Nous sommes évidemment pour l’accès à la prothèse auditive pour le plus grand nombre, mais on parle actuellement d’un reste à charge d’environ 1 000 euros par oreille appareillée. Est-ce que l’État va réellement pouvoir payer plus de 1 000 euros par oreille et par patient ? Cela me semble peu probable… Il faut trouver un compromis pour que les patients soient à la fois mieux remboursés et que l’on reste dans des prix réalistes pour l’État. »

« Pas de pénurie dans l’exploration fonctionnelle »
Enfin, là où certains observateurs semblent noter une baisse d’intérêt des ORL pour l’exploration fonctionnelle, Nils Morel ne partage pas cette opinion. « Je ne pense pas qu’il y ait une pénurie de médecin ORL dans l’exploration fonctionnelle. Pour preuve : dans la maquette d’enseignement d’ORL il y a désormais un stage de 6 mois systématique en exploration fonctionnelle ! Je dirais même qu’au contraire, la formation aux explorations fonctionnelles est meilleure aujourd’hui qu’il y a quelques années. »

Kessy Huebi-Martel