Hausse du numerus clausus : vers l’ouverture d’une école à Rouen ?

Formation

image
© WavebreakmediaMicro - Fotolia

L’arrêté du 4 avril 2017 vient de fixer le nombre d’étudiants qui seront autorisés à suivre la première année de formation du DE d’audioprothèse, à la rentrée de septembre 2017. Ce nombre a été fixé à 244, contre 200 l’an dernier, soit une augmentation de 22 % (voir graphe ci-dessous).

Mais le plus surprenant ne réside pas dans cette augmentation significative du nombre d’étudiants, mais plutôt dans l’attribution de 30 nouvelles places à l’école de formation de… Rouen ! Sans cette information inscrite au Journal officiel du 11 avril 2017, la nouvelle de la création de la 8e école française de formation d’audioprothésiste serait passée complètement inaperçue. Et pour cause, cette nouvelle école semble être constituée indépendamment du Collège national d’audioprothèse, qui chapeaute pourtant la formation des audioprothésistes. Stéphane Laurent, président du CNA, indique ainsi n’avoir « aucune information particulière » au sujet de cette nouvelle école. « Nous regrettons naturellement que les instances représentatives de la profession n’aient pas été consultées sur ce projet », ajoute Stéphane Laurent.

À l’origine de ce projet, le Pr Pierre Fréger, doyen de la faculté de médecine de Rouen. Une volonté qui part d’un constat multiple : « D’une part, nous nous sommes rendu compte qu’il y a une équipe ORL extrêmement performante et pointue au CHU de Rouen. Moi-même je suis neurochirurgien et je travaille avec des ORL. Nous avons des médecins qui sont dédiées à 100 % à l’audition. Et d’autre part, on se rend compte que le nombre d’aides auditives délivrées augmente, mais que les structures qui permettent de former des professionnels pour les adapter sont en nombre assez limité ; surtout, les audioprothésistes sont en nombre très faible. Et comme il n’y a pas d’école de formation dans notre région, nous souhaitions en créer une. »

Concernant l’encadrement pédagogique de cette école qui devrait ouvrir ses portes dans cinq mois (ou l'année suivante), les choses sont en revanche un peu plus floues, et semblent même générer quelques tensions au sein des différents professionnels, ORL et audioprothésistes. « Des cadres [de la faculté de médecine] vont être sollicités pour assurer le programme normal », indique le Pr Fréger. Et à la tête de cette formation, « un ORL qui dépend du CHU de Rouen ».

Toutefois, ce n’est pas à Rouen que les étudiants devraient être accueillis, mais plus probablement à Évreux, qui héberge déjà une école de santé, formant des masseurs kinésithérapeutes, des ergothérapeutes-psychomotriciens, ainsi que des infirmières.

Plus d'informations sur cette école dans le prochain numéro d'Audio infos.

BS