Revaudio lance la « SAIF », la Société des audioprothésistes indépendants de France

Initiative

Le logo de la SAIF - ©Reavaudio

La centrale Revaudio vient de créer la « SAIF », la Société des audioprothésistes indépendants de France. Son objectif : fédérer les indépendants et défendre les spécificités du métier d’audioprothésiste face aux menaces qui risquent de le dénaturer.

Thierry Guillard, directeur de Revaudio et Caroline Ricq, gérante de la centrale expliquent la genèse de cette initiative : « Nous sommes conscients qu’aujourd’hui, une forte pression est exercée sur les audioprothésistes indépendants. Dans un marché en développement, mais surtout en mutation, nous pensons que - plus que jamais auparavant - l’arrivée des discounters ou l’implication des Ocam changent la donne. Et il faut agir très vite pour éviter une dégradation irréversible de la perception de la mission de l’audioprothésiste, comme cela a pu être le cas notamment dans le cas pour les opticiens. C’est pourquoi nous invitons tous les audioprothésistes indépendants à venir rejoindre la SAIF. Nous pensons qu’il est temps qu’ils se mobilisent afin de faire largement entendre leur voix. Il ne faut pas laisser notre métier être dénaturé ! »

« Que pouvons-nous faire pour ne pas se laisser tirer vers le bas ? »
Un appel à la mobilisation qui se donne pour ambition de fédérer au sein de la Société le plus grand nombre d’audioprothésistes « soucieux de protéger la santé auditive de leurs patients par le maintien d’un niveau de prestation de qualité ». Ils sont ainsi invités à venir s’exprimer et partager leur expérience au sein de la SAIF, afin in fine de sensibiliser les patients, mais également les médecins ORL à ce qu’est réellement la profession d’audioprothésiste. « Nous souhaitons fédérer de nombreux audioprothésistes indépendants afin de travailler sur des choses simples, rapides et efficaces à destination du patient final, mais également des médecins ORL », explique Caroline Ricq. « Aujourd’hui il nous faut être forts ! Nous pensons que la voix des audioprothésistes indépendants n’est pas suffisamment entendue. Et il faut que les professionnels aient conscience qu’il faut bouger maintenant. Nous pensons qu’il est temps de s’unir et de se réunir, afin de garder la totale indépendance de notre exercice professionnel, insiste-t-elle. La SAIF est une idée récente qui a germé sur le terreau de l’interrogation : "Que pouvons-nous faire pour ne pas se laisser tirer vers le bas ?" Tous les professionnels peuvent apporter leur pierre à l’édifice de la SAIF. À nos yeux, tout passe par la juste perception de notre métier par le patient », détaille-t-elle.
« Aujourd’hui, pour avoir de la voix, il faut nécessairement représenter un certain poids économique, ajoute Caroline Ricq. Aussi, pour favoriser cette montée en puissance, il est prévu que la SAIF prenne une participation dans la centrale Revaudio. Les audioprothésistes du réseau Revaudio restent totalement libres de prendre - ou pas - une participation dans la Société des audioprothésistes indépendants de France. Adhérer est une marque de solidarité. »

Une initiative pragmatique, qui souhaite s’inscrire dans une dynamique proactive et fédératrice, pour que l’exercice de l’audioprothèse en toute indépendance continue de séduire les futures générations de professionnels.
 

GB