Une pharmacienne vendant des assistants d’écoute acquittée

Sonalto

Audio infos
© Ministère de la Justice
© Ministère de la Justice

Il y a environ un an, l’Unsaf portait plainte contre une pharmacienne de Saint-Germain-en-Laye qui vendait les assistants d’écoute Octave, commercialisés par la société Sonalto, la poursuivant pour exercice illégal de la profession d’audioprothésiste.

Depuis sa création en 2011, la société Sonalto ne cesse de vanter, à grand renfort de communiqués de presse, les mérites de ses appareils qu’elle qualifie de « prêts à porter » en opposition au sur-mesure proposé par les audioprothésistes. Le syndicat des audioprothésistes lui reproche de commercialiser des produits qui, puisqu’ils sont vendus pour compenser une perte auditive, doivent être considérés comme des dispositifs médicaux, d’après la définition de l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé). Or tout dispositif médical compensant une perte auditive doit être délivré par un audioprothésiste, ce qui n’est pas le cas des appareils Octave de Sonalto.

L’Unsaf a fait appel de la décision du tribunal de Versailles.

BS