Des aides auditives de classe 2 moins bien remboursées qu’avant la réforme du 100% santé par les complémentaires santé ?

100% santé


Tableau de garanties de https://www.mc602.com/images/mcinfos/20190925_090541_infos_mc_83.pdf

L’Unsaf estime que certaines complémentaires santé déséquilibrent l’esprit du 100% santé en audioprothèse, en diminuant leur prise en charge sur les appareils de classe 2.

Alors que le 100% santé se met progressivement en place, l’Unsaf (Syndicat National des Audioprothésistes) annonce dans un communiqué avoir remarqué en ce début 2020, que certaines complémentaires santé ont diminué la prise en charge des aides auditives de classe 2 (celles qui ne font pas parti du panier 100% santé), en particulier, la Mutuelle Complémentaire de la Ville de Paris, de l’assistance publique et des Administrations annexes. Ceci laisse un reste à charge supérieur pour le patient à celui qu’il aurait eu avant la réforme, s’il choisit un appareil de classe 2. Selon le syndicat, ce déséquilibre inciterait beaucoup trop à l’adoption des appareils de classe I, qui ne seraient pas toujours adaptés au patient. Par ailleurs, cela porterait atteinte à l’équilibre économique des audioprothésistes, qui avaient consenti à un effort économique sur la classe 1, en s’engageant sur un taux de vente de 20% de classe 1, mais pas plus.
« De telles mesures, si elles se généralisaient, iraient à l’encontre des intérêts des déficients auditifs.[..] et de la liberté d’accéder à un matériel plus sophistiqué si cela est souhaitable » explique l’Unsaf dans son communiqué.
« Le Ministère et la profession se sont accordés sur un taux d’adoption d’au moins 20% d’aides auditives de classe 1 […]. Les professionnels ont consenti un effort économique qui ne peut être remis en cause par les assureurs complémentaires » poursuit le syndicat.
En même temos, UFC-Que Choisir indiquait avoir réalisé une étude montrant que les complémentaires santé avaient augmenté de 5% leur cotisation pour 2020, à l'occasion de la mise en place du 100% santé en dentaire et optique, au lieu des 3% attendus. 

Corinne Couté