Guillaume Flahault au Figaro : « Nous sommes inquiets de la tournure que prennent les négociations »

rac zéro

Guillaume Flahault est président du Synea depuis le mois de janvier 2014 - ©GB

Dans les colonnes du quotidien Le Figaro en date du 4 avril, le président du Syndicat national des entreprises de l’audition (Synea) fait part de son inquiétude quant à la tournure que prennent les négociations sur le RAC zéro.

 
La journaliste Marie-Cécile Renault rapporte dans son papier la déception de Guillaume Flahault notamment, concernant la mise en œuvre de la promesse de campagne d’Emmanuel Macron d’arriver à un reste à charge zéro dans les domaines de l’optique, du dentaire et de l’audioprothèse. Une idée simple, mais une mise en place plus délicate que prévu, relève la journaliste du Figaro. Qui plus est, les négociations sont menées tambours battant pour une révision de la nomenclature en audioprothèse qui devrait être réalisée début avril et des annonces plus globales qui devraient être faites lors du congrès de la Mutualité française mi-juin.
 
Aux côtés des opticiens, les audioprothésistes, en l’occurrence hier, Guillaume Flahault, tirent la sonnette d’alarme : « La réforme telle qu’elle est engagée pourrait être un rendez-vous manqué. Elle est confisquée et détournée de son objectif initial, souligne-t-il. On va vers un moins-disant pour tous, et les personnes âgées seront les premières touchées ». Le président du Syndicat national des entreprises de l’audition (Synea) fait référence aux différentes pistes évoquées par la direction de la Sécurité sociale (DSS) avec laquelle les professionnels sont actuellement en négociations : non-remboursement des appareils auditifs au-dessous de 40 décibels de perte d’audition, découplage entre la vente des appareils auditifs et des services associés, renouvellement des appareils tous les cinq ans (au lieu de quatre). Une forme de sur-réglementation de la profession en quelque sorte. « L’audioprothèse ce n’est pas la SNCF, c’est un marché très concurrentiel, détaille Guillaume Flahault. Où est la logique d’un gouvernement qui veut libéraliser le ferroviaire, et en même temps s’apprête à administrer le marché très concurrentiel de l’audioprothèse ? », s’insurge-t-il. D’autres réunions à la DSS donneront probablement aux professionnels l’occasion de tenter de corriger le tir.
 
Pour aller plus loin :
- En vidéo - Table ronde politique : le RAC zéro débattu par les différents protagonistes
- Vidéo : la directrice de la Sécurité sociale intervient au Congrès des audioprothésistes

Guillaume Bureau - Source : Le Figaro