La FNEA mobilisée pour la réingénierie de la formation d’audioprothésiste

Vie étudiante

monkeybusinessimages © iStockPhotos.com

Dans un communiqué de presse en date du 5 novembre, la Fédération nationale des Étudiants en audioprothèse fait connaître son positionnement vis-à-vis de la future réingénierie de la profession.

La FNEA fait savoir que lors de l’assemblée générale du 14 novembre 2015, les administrateurs de la Fédération ont choisi à l’unanimité de faire travailler la FNEA sur le sujet de la réingénierie. Un état des lieux des 7 écoles a été analysé et exposé aux administrateurs de la fédération étudiante. La réalisation d’un questionnaire est en cours. « L’idée est de valoriser les compétences validées lors du cursus à travers une formation égalitaire avec des étudiants responsabilisés, fait savoirThibaut Derre, président de la FNEA. Nous souhaitons que les audioprothésistes de demain soient les plus apprêtés afin d’exercer leur métier avec un maximum de clés en main. C’est pourquoi la FNEA travaille sur ce sujet avec l’accord et la participation active desétudiants. »
 

Le communiqué détaille :

 
« Depuis maintenant plus de 4 ans, la Fédération nationale des Étudiants en Audioprothèse a pour vocation à travailler sur des sujets clés de la formation, tels que sa réingénierie et son programme d’enseignement. De plus, adhérente à la FAGE, la FNEA se joint aux autres filières afin de saluer l’ambition de la ministre des Solidarités et de la Santé, Madame Agnès Buzyn, de vouloir achever l’universitarisation des formations paramédicales etmaïeutiques.
Le décret régissant notre formation date de 2001. Il a pour but de transmettre les connaissances actuelles et de préparer à l’acquisition ultérieure de nouvelles connaissances. L’étude d’EUROTRAK (2015) place le taux de satisfaction de l’appareillage en France à la première place. Cette réussite montre une réelle qualité du métier d’audioprothésiste en France. La FNEA souhaite continuer dans cesens.
 
Le recueil des états des lieux a recensé le programme de la formation : des enseignements théoriques et pratiques, les modalités de stages, d’examens, de mémoire, ainsi que le fonctionnement du concours d’entrée. Il a été réalisé dans le but de connaître les disparités et l’organisation générale de la formation du métier d’audioprothésiste aujourd’hui en France. Des différences certaines, mais aussi plus subtiles en sont ressorties. Cet état des lieux pousse la prise de conscience sur l’obtention d’une formation la plus qualitative possible avec le minimum dedisparités.
 
Parallèlement, la FNEA travaille sur la conception d’un questionnaire précis afin d’obtenir l’avis de tous les étudiants. Au travers de celui-ci, nous invitons les étudiants à prendre conscience de l’importance d’une formation complète et dequalité.
 
L’analyse approfondie de ce questionnaire aura pour but de lister les compétences actuelles, mais aussi les attentes des étudiants dont nous tirerons desconclusions.
 
En effet, exerçant un métier de la santé et du service à la personne, il est essentiel d’obtenir une formation poussée avec des connaissances transversales (recherche, pluridisciplinarité…), ainsi que la possibilité de continuer un cursus d’approfondissement et de spécialisation après lediplôme.

Ayant conscience de tous ces éléments, nous ne devons pas rester passifs face à l’avenir de la formation. L’objectif est d’arriver à un programme d’enseignement commun et surtout appliqué uniformément, à l’aide de nos professeursd’enseignements. »
 
 
Thibaut DERRE, président de la FNEA
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La rédaction - Source : FNEA