Audioprothèse : des négociations « dès la semaine prochaine » selon Agnès Buzyn

PLFSS 2017

Agnès Buzyn devant les députés le 24 octobre 2017. © Assemblée nationale

Le 24 octobre 2017, la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn a présenté, devant les députés, son projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 (PLFSS).

Au cours de ce discours (à partir de 2:30:00), la ministre a notamment évoqué, dans le cadre de son objectif d’amélioration de l’accès aux soins, le cas du reste à charge des les domaines de l’optique, du dentaire et de l’audioprothèse, « où l’Assurance maladie couvre moins bien la dépense, où les assureurs complémentaires ont parfois pris le relais, mais où, globalement, le reste à charge pour le patient reste très élevé. Cette situation est le fruit de l’histoire, d’arbitrages successifs qui ont conduit à créer des angles morts de la protection sociale pour des soins ou des prestations qui rendent pourtant un service important aux usagers. »

La ministre, en droite lignée des promesses de campagne d’Emmanuel Macron, veut s’attaquer à ce chantier, et ce dans un avenir proche : « Il n’y a pas de fatalité à ce qu’il en soit toujours ainsi, a-t-elle ainsi poursuivi. C’est pourquoi je lancerai, dès la semaine prochaine, le travail et la concertation pour aboutir à un reste à charge zéro dans les domaines de l’optique et des audioprothèses, en sus des négociations d’ores et déjà entamées dans le domaine du dentaire. » Ces travaux devront aboutir en tout état de cause avant la fin du premier semestre 2018.

Par ailleurs, la ministre a annoncé quelques chiffres concernant les comptes de la Sécurité sociale. Ainsi, les comptes de 2017 affichent une amélioration de 2,6 milliards d’euros par rapport à 2016, mais le déficit s’établira tout de même à 5,2 milliards d’euros. En 2018, il devrait s’établir à 2,2 milliards d’euros, selon les prévisions de la ministre, qui seront soumises au vote au cours des prochains jours. Le retour à l’équilibre est prévu pour 2020.

Le PLFSS sera discuté cette semaine à l’Assemblée nationale. Son adoption définitive doit intervenir début décembre 2017.

BS