TRIBUNE : le président d’Entendre lance un appel aux audioprothésistes indépendants

Opinion

©Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Monsieur Laurent Piron, président de la coopérative Entendre a choisi de s'exprimer dans les colonnes d'Audio infos : « Lorsqu’on interroge des étudiants dans les écoles d’audioprothèse sur leur projet professionnel, au moins 80 % souhaitent créer leur affaire à plus ou moins long terme. Cependant, notre marché n’est plus le reflet de cette ambition.

 
En tant que président d’une coopérative, je déplore bien évidemment cette situation et souhaite m’adresser aux audioprothésistes qui exercent leur profession de manière indépendante. Ceux qui ont un jour pris le risque de s’installer, ont choisi un lieu d’exercice, ont cherché un local, ont sûrement passé du temps à peindre eux-mêmes les murs de leur centre, ont passé de mauvaises nuits à se demander s’ils faisaient le bon choix. Je souhaite m’adresser aux audioprothésistes qui se sentent à la fois des chefs d’entreprise, mais aussi des professionnels de santé.

Laurent Piron est président d'Entendre.

L’exercice indépendant doit-il se raréfier au profit d’un marché où le patient ne pourra se repérer qu’au travers d’offres commerciales et non plus sur les aspects humains de sa prise en charge ? Certains espèrent même pouvoir se passer un jour de diplômés. Les fabricants interviennent de plus en plus dans la distribution alors que nous évoluons dans le domaine de la santé. Pourrait-on imaginer un fabricant de prothèses de hanche racheter une clinique orthopédique ?
 
Nous avons pris la décision au sein de notre coopérative de rester totalement indépendants vis-à-vis de groupes financiers et des industriels en conservant notre statut coopératif. Cette liberté permet à chacun de nos adhérents de travailler avec les fabricants de son choix en plaçant la qualité et sa réputation de professionnel de santé au cœur de ses préoccupations.
 
Certains de nos confrères peuvent parfois douter et être tentés par la vente de leur affaire au profit d’un statut salarié. Il est vrai que des acteurs de notre profession propagent des discours particulièrement anxiogènes. Pourtant sur ce marché en développement, l’exercice indépendant, grâce à ses atouts, a pleinement sa place.
 
Je souhaite ainsi m’adresser à tous ceux qui croient en l’indépendance, à tous ceux qui veulent poursuivre leur exercice en restant maîtres de leur destin. C’est ensemble et conscients de ces enjeux que nous pourrons défendre ce statut d’indépendant auquel nous croyons tant. »

Laurent Piron