Après la mise en place du Gouvernement, le Synea renouvelle l’appel à « des états généraux de l’audition »

politique

Guillaume Flahault est président du Synea depuis janvier 2014 - © G.Bureau

Dans un communiqué de presse rendu public le 1er juin, le Syndicat national des entreprises de l’audition (Synea), « solidaire des différentes instances représentatives de l’audioprothèse », a souhaité réitérer l’appel à de prochains états généraux de la santé auditive placés sous le pilotage du ministère de la Santé.

Dans le même temps, Guillaume Flahault, le président du Synea souhaite que les travaux sur le devis normalisé soient, au-delà de l’Arrêté du 28 avril 2017, poursuivis dans le cadre de ces états généraux. Cette prise de position du Synea intervient alors que le nouveau Gouvernement devrait prochainement mettre en œuvre les propositions du Président de la République en matière d’audioprothèse.
 
Le communiqué de presse détaille :
 
« La récente mise en place du Gouvernement fait suite à une campagne présidentielle durant laquelle, et de façon inédite, les propositions visant à améliorer l’accessibilité des audioprothèses se sont multipliées, Emmanuel Macron s’étant engagé à créer d’ici à 2022 les conditions nécessaires à un reste à charge nul en audioprothèse.
 
Le Synea se félicite de cette volonté politique d’une meilleure prise en charge, nécessaire pour être à la hauteur du service médical rendu par les audioprothèses et des enjeux de santé publique et de prévention liés à un appareillage auditif de qualité les malentendants.
 
Les entreprises de l’audition se tiennent donc maintenant à la disposition des pouvoirs publics. Guillaume Flahault explique : « Il s’agit à présent de mettre sur la table, sans postures ni tabous, et avec l’ensemble des parties — dont les pouvoirs publics, les organismes complémentaires et les associations de patients — l’intégralité des sujets essentiels quant au devenir du secteur : l’amélioration de la prise en charge et du dépistage, mais aussi l’accessibilité, le prix et l’ensemble des propositions qui ont été faites depuis six mois. Cela toutefois ne pourra pas être sans incidence sur le devis normalisé, lequel devra dès lors évoluer encore par rapport à l’arrêté pris dans les derniers jours du précédent quinquennat ».
 
Le Synea réitère donc l’appel lancé en mars dernier lors du 39e Congrès des audioprothésistes, avec l’ensemble des autres instances représentatives de la profession — le Collège national d’audioprothèse (CNA), le Syndicat national de l’audition mutualiste (Synam) et le Syndicat national des audioprothésistes (Unsaf) — à l’organisation prochaine, sous le pilotage du ministère de la Santé, d’états généraux de la santé auditive. »

À propose du Synea :
Le Synea a été créé en 1994. Il regroupe actuellement douze des plus grands acteurs du secteur de la distribution d’audioprothèses : Audika, Audilab, Audionova, Amplifon, Audio 2000, Audition Conseil, Audition Santé, Conversons, Entendre, Grand Audition, Krys Audition et Vivason. Le communiqué de presse du syndicat rappelle que « le Synea représente aujourd’hui plus de 2 500 centres d’audioprothèses répartis sur toute la France, soit plus de 50 % des centres français, plus de 3 000 professionnels dont plus de 1 500 audioprothésistes. »
Il précise : « Le rôle du Synea est de sensibiliser et d’informer la population et les pouvoirs publics sur la santé auditive, véritable enjeu de santé publique. Le Synea est fortement impliqué dans la formation prodiguée dans les écoles d’audioprothèse. À ce titre, le Synea a soutenu l’université de Lyon par l’intermédiaire de NEURODIS, fondation de coopération scientifique dédiée aux pathologies du cerveau. »

GB - Source : Synea