Autorité de la Concurrence : La FNEA défend le numerus clausus

AUTORITÉ DE LA CONCURRENCE

 

L'étude menée en 2013 par la FNEA évalue le numerus clausus optimal a 170 étudiants.

La suppression du numerus clausus, proposée par l’Autorité de la concurrence dans son rapport publié le 14 décembre, a déclenché l’ire des étudiants en audioprothèse.

La Fédération Nationale des Étudiants en Audioprothèse (FNEA) a publié un communiqué de presse le 19 décembre et le message est sans équivoque : « La FNEA juge à contrecourant l’idée d’une hausse soudaine ou d’une suppression de ce numerus clausus ». Le syndicat étudiant milite au contraire pour une « réévaluation annuelle du numerus clausus (…) basée sur l’évolution de la démographie française, du nombre de professionnels de l’audition, ainsi que du nombre de ventes d’aides auditives. ». Pour nourrir son argumentation, la FNEA s’inspire de son étude menée en 2013 et qui s’appuyait, entre autres, sur les chiffres de l’Insee et de l’ARS. D’après la projection envisagée jusqu’en 2030, le nombre d’étudiants sortant par promotion idéal serait de 170, afin de « conserver une augmentation de praticiens de l’audition proportionnelle à celle des personnes de plus de 65 ans sur cette même période ».
Les étudiants emboîtent donc le pas à l’Unsaf, qui a récemment fait part de son hostilité aux recommandations de l’Autorité de la Concurrence.

Kessy Huebi-Martel