Pr. Christophe Vincent : « Place à la stéréophonie au congrès de la SFA à Lille en novembre »

interview

Le professeur Christophe Vincent, président de la SFA - ©EDP

Alors que la 13e édition du Congrès de la Société française d’Audiologie (SFA) se tiendra à Lille les 6 et 7 novembre 2015, le président de la SFA, le professeur Christophe Vincent, détaille pour Audio infos et Audiology infos l’actualité de la Société et les moments forts du congrès.

Professeur Vincent, pouvez-vous nous présenter le prochain congrès de la SFA ?
C.V. : Après Strasbourg en 2013 et un congrès qui s’est intéressé à la thématique « Audition et Musique », c’est Lille qui a le privilège et le plaisir d’accueillir le congrès bisannuel de la Société française d’Audiologie. En effet, dans les statuts de la SFA, il est acté que la Société organise un congrès général tous les deux ans et une journée intermédiaire tous les ans. Cette année donc, place au congrès général de la SFA qui se déroulera les 6 et 7 novembre 2015. Il va sans dire que grâce aux travaux de Jacques Dehaussy et de Gabriel Decroix, Lille est le berceau d’une longue tradition de réhabilitation auditive binaurale. Ville hôte de cette 13e édition, nous ne pouvions choisir une autre thématique que celle de la stéréophonie pour faire vivre cet événement. Les pionniers de l’école lilloise et de la stéréophonie, Gabriel Descroix, ORL et ancien « patron » à Lille, et Jacques Dehaussy, audioprothésiste, docteur en Pharmacie, lauréat de l’Académie de Médecine et président d’Honneur du Collège national d’audioprothèse (CNA), ont largement participé à l’acceptation de l’appareillage bilatéral en France, mais également à l’étranger. Les deux hommes y ont vu l'opportunité de rendre l’appareillage plus logique et d'éviter de rendre les malentendants "borgnes de l’ouïe", une expression maintes fois reprise par la suite. Les premiers essais d’appareillages stéréophoniques effectués à la fin des années 1950 les ont encouragés à persévérer dans cette voie, jusqu’au développement de la "stéréaudiométrie" en 1961 pour qualifier l’ensemble des épreuves ayant pour objet l’évaluation de l’orientation auditive et la mesure de l’intelligibilité en présence de sources sonores perturbatrices. En 1964, Jacques Dehaussy et le professeur Decroix publient un ouvrage intitulé Stéréaudiométrie et appareillages stéréophoniques. Notions nouvelles sur la correction audioprothétique des surdités. Jacques Dehaussy s’exprimait en ces termes : « L’appareillage stéréophonique est l’appareillage normal, celui du simple bon sens, qu’il s’agisse d’enfants, d’adultes ou de malentendants du troisième âge. La prothèse stéréophonique est la seule aide auditive qui tend à rapprocher au maximum le déficient auditif du sujet auditivement normal. » C’est ainsi tout naturellement que nous avons retenu cette thématique de la stéréophonie pour le congrès de la SFA. Et c’est au sein du Grand Palais de Lille que se déroulera l’édition 2015 du congrès qui évoluera sur quatre demi-journées.
Il s’articulera autour de tables rondes et de communications, sur les bases fondamentales et physiologiques de la stéréophonie, la réhabilitation électrique et bimodale, ou encore l’appareillage audioprothétique et la réhabilitation orthophonique, etc. De nombreuses conférences, tables rondes et communications serviront la mission pluridisciplinaire de notre Société.
 
Quels seront les moments forts de ce congrès ?
C.V. : Nous avons pensé ce congrès en quatre parties. La première matinée regroupera les conférences inaugurales présentées par des experts renommés dans le domaine, que ce soit Christine Petit (Paris), Paul Avan (Clermont-Ferrand), Paul Van de Heyning (Anvers), Guillaume Andeol qui travaille sur la localisation sonore au centre des armées (Brétigny-sur-Orge), Tom Francart, un « patron » de l’audiologie de Louvain et Hung Thaï-Van (Lyon), qui travaille beaucoup sur l’audition binaurale. Nous aurons avec ces présentations des mises au point par des personnes qui représentent l’état de l’art dans le domaine de la stéréophonie. Ce sont des conférences qui promettent d’être passionnantes ! Après cette première demi-journée, l’après-midi qui sera plutôt centrée sur les solutions auditives implantées, avec l’implant cochléaire, mais pas seulement ! Nous y parlerons également d’implant à conduction osseuse, d’implant d’oreille moyenne, etc. Le lendemain matin plutôt centré sur la prothèse auditive conventionnelle et l’après-midi davantage axée sur l’aspect de rééducation orthophonique, avec notamment une table ronde placée sous la direction de Didier Bouccara avec quatre personnes issues du monde de l’orthophonie et de l’audiophonologie et qui étudiera comment développer, favoriser et optimiser l’écoute stéréophonique, comment faire de la rééducation spécifique, dans quels cas, etc. 
Il y aura également deux tables rondes technologiques qui marqueront les points d’orgue des après-midi de travail. Technologiques, car nos experts vont préparer des questions qu’ils adresseront à la fois aux quatre industriels du secteur de l’implant, mais également aux acteurs de la fabrication des aides auditives traditionnelles le lendemain. Un grand jury en quelque sorte qui les interrogera sur de nombreux points techniques : comment intègre-t-on du bimodal, comment les firmes font pour faire communiquer deux aides auditives entre elles en favorisant la stéréophonie par exemple, ou l’audition dans le bruit, etc. Tout cela représente des choses intéressantes pour l’avenir et nous pourrons avec ce jeu de questions-réponses obtenir des réponses enrichissantes.

Quelle est la mission première de la SFA ?
C.V. : Celle de favoriser et développer l’audiologie. C’est une société pluridisciplinaire, au sein de laquelle œuvrent des ORL, des audioprothésistes, des orthophonistes, quelques industriels aussi, mais essentiellement les trois corps de métiers précédemment cités et centrés sur l’audiologie. La pluridisciplinarité est vraiment ancrée dans l’ADN de la SFA.

Quelle est la place de la SFA aujourd’hui dans le paysage audiologique français et international ?
C.V. : La SFA est la représentante de l’audiologie française. Il n’y a qu’une société de l’audiologie. Sur le plan international, la SFA se hisse au même rang que les autres sociétés. Notre ancienne présidente, le docteur Françoise Artières-Sterkers, a d’ailleurs pris des responsabilités dans la Société européenne d’Audiologie (European Federation of Audiology Societies – EFAS). La SFA est intégrée au niveau international de manière satisfaisante – avec les particularités de pluridisciplinarité que nous portons dans notre Société en France.
 
Quels projets portez-vous sous votre mandat ?
C.V. : Nos projets sont au nombre de deux. Ils sont portés à court terme par nos commissions.
Une première commission qui mène un travail de propositions, de développement de tests cliniques d’audition dans le bruit. Elle œuvre à favoriser l’utilisation des tests de l’audition dans le bruit en routine. Elle développe également de nouveaux tests qui peuvent être utiles à la communauté. Il y aura d’ailleurs une communication sur ses travaux durant le congrès de la SFA.
Notre seconde commission – plus technique – œuvre à la labellisation des entreprises qui calibrent les audiomètres. C’est un point très important pour nous et un gage de qualité.
 
D’autres projets sont-ils cours ?
C.V. : Oui, beaucoup, il y a par exemple un travail qui est mené avec la SNCF sur les conditions de sécurité relatives au bruit et aux moyens de s’en protéger. En tout, il y a trois grands groupes de travail : Sécurité et protection dans le milieu professionnel avec cet exemple que je vous citais de travail réalisé avec la SNCF ; l’audiométrie dans le bruit et enfin, la mission de labellisation de la calibration des audiomètres portée par M. Meyer-Bisch et M. Le Her.
 
Au titre de Président de la SFA, que souhaitez-vous insuffler à la Société ?
C.V. : Mon projet concerne naturellement la stéréophonie, héritage lillois. Avec les deux grands tests relatifs à la stéréophonie : les tests d’audition dans le bruit, puisque l’on entend mieux quand on bénéficie de la stéréophonie dans le bruit que lorsque l’on est en monaural. Mais également avec les tests de localisation spatiale – qui sont très spécifiques à l’école lilloise – et qui se répandent de plus en plus. Petit à petit, l’ensemble des cliniques en France explore la stéréophonie. C’est un aspect capital lorsque l’on veut faire de la réhabilitation binaurale. Il faut en effet avoir des arguments objectifs d’amélioration des capacités du patient, que ce soit en termes de localisation, en termes d’amélioration de l’intelligibilité dans le bruit aussi. Tout ce qui permet d’objectiver cela et de favoriser le domaine de la stéréophonie est très positif pour nous au sens large comme pour la SFA.
 

A 51 ans, le professeur Christophe Vincent est Chef de service ORL, Otologie, Otoneurologie du CHRU Roger Salengro de Lille. Lui qui a effectué son parcours estudiantin à Paris est retourné en terres lilloises où il officie depuis lors, dans ce fief,aux sources d’une longue tradition de réhabilitation auditive binaurale. Il est actuellement président de la Société française d’Audiologie.
 

Programme de la SFA 2015 :


Vendredi 6 novembre

 
8h-9h : Accueil des participants
 
9h-10h30 : Conférences :
- 9h- 9h45 : Surdités liées au bruit.
C. Petit (Paris)
- 9h45-10h30 : De la cochlée au mésencéphale : quels outils pour séparer les sons pertinents du bruit ?
P. Avan (Clermont-Ferrand).
 
10h30-11h : Pause
 
- 11h-11h20 : La localisation sonore spatiale : état des connaissances en 2015.
G. Andeol (Brétigny).
- 11h20-11h50 : Peut-on rétablir la stéréophonie après implant cochléaire en cas de surdité unilatérale ? P. Van de Heyning (Anvers).
- 11h50-12h20: Improving binaural cue perception through bimodal stimulation. T. Francart (Louvain).
- 12h20-12h45 : Neurophysiologie de l’audition binaurale des sons complexes : état des lieux en 2015. H. Thaï-Van (Lyon).
 
12h45-14h : Déjeuner
 
14h-15h30 : Table Ronde Technologique : Implants cochléaires
Dirigée par : O. Sterkers, S. Schmerber, E. Bizaguet, F. Le Her avec les firmes : Advanced Bionics, Cochlear, Med-El, Oticon Medical.
 
15h30- 16h15 : Communications
- Implantation cochléaire et prothèse conventionnelle controlatérale : synergies électro-acoustiques dans le traitement central de l’information sonore révélées par tomographie à émission de positrons.
A. Coez, I. Mosnier, D. Bouccara, E. Bizaguet, J.-L. Martinot, E. Ferrary, O. Sterkers (Paris).
- Interactions binaurales observées sur les potentiels auditifs du tronc cérébral.
A. Lorenzi J.-C. Ceccato, J. Bourien, J.-L. Puel, F. Venail (Montpellier).
- Implantation cochléaire bilatérale de l’adulte : quand, pour quels résultats.
I. Mosnier (Paris).
- Quelle prise en charge pour les surdités unilatérales de l’adulte ?
M. Marx (Toulouse).
 
16h15-16h45 : Pause
 
16h45-18h : Communications
- Restauration des capacités stéréophoniques dans la surdité unilatérale avec acouphènes sévères.
C. Poncet-Wallet, C. Vincent, O. Sterkers, I. Mosnier, B. Godey, E. Lescanne, E. Truy, N. Guevara, B. Frachet (Paris).
- Implant cochléaire bilatéral chez l’enfant : indications et résultats.
F. Artières-Sterkers (Montpellier).
- Perception auditive dans le bruit chez l’enfant entendant et l’enfant implanté cochléaire.
A. de Lamaze, F. Fournet, M. Guindéo Roccia, E.-.N. Garabédian, N. Loundon (Paris).
- La stéréophonie : implantation cochléaire bilatérale séquentielle chez l’adolescent.
E. Gazzano, C. Crouzier, C. Wanaverbecq, A. Herry (Strasbourg).
- Réhabilitation auditive et capacité de localisation.
R. Marianowski (Brest).
- Système CROS chez l’implanté cochléaire unilatéral : étude préliminaire.
JM. Ardouin, M. Robier, E. Lescanne, D. Backhos (Tours).
- Intérêt pratique du Glasgow Benefit Plot dans la réhabilitation binaurale.
P. Bordure (Nantes).
 
18h : AG de la SFA
 
20h : Diner de Gala
 

Samedi 7 novembre

 
9h-10h30 : Communications
- Pseudostéréophonie par conduction osseuse.
T. Mom (Clermont Ferrand).
- Évolution de la localisation sonore spatiale après prothèse en conduction osseuse pour cophose unilatérale.
JN. Hanson, N.-X. Bonne, C. Vincent (Lille).
- Que nous enseigne la localisation sonore des aveugles ?
R. Dauman, D. Bonnard (Bordeaux).
- Construction et validation d’une forme abrégée de questionnaire d’audition spatiale.
A. Moulin, J. Vergne (Lyon).
- Version française de l’AAST, Adaptative Auditory Speech Test.
I. Prang, F. Coninx, B. Annessy, N. Loundon (Paris).
- Principes de la prise de son stéréophonique.
C. Hugonnet.
- Restitution de l’espace sonore en stéréophonie et multicanal.
C. Hugonnet.
- Les sons 3D en audioprothèse : quels intérêts dans la rééducation auditive.
C. Parietti-Winkler (Nancy).
 
10h30-11h: Pause
 
11h-12h30 : Table Ronde Technologique : Audioprothèses
Dirigée par : R. Dauman (Bordeaux), B. Godey (Rennes), C. Renard (Lille), M. Del Rio (Bordeaux) avec les firmes :
Bernafon, GN hearing, Oticon, Phonak, Siemens (Sivantos) etStarkey.  
 
12h30-14h : Déjeuner
 
14h-15h30 : Table Ronde
- Développer et optimiser l’écoute stéréophonique : indications, modalités et résultats de la rééducation stéréophonique modérée.
D. Bouccara, avec : A. Vieu (Montpellier), N. Delporte (Lille), M. Eliot (Strasbourg), M. Franzoni (Paris).
 
15h30-16h : Pause
 
16h-17h30 : Communications
- Protocole d’affinement post-appareillage pédiatrique : impact sur la localisation sonore.
T. Vila, C.A. Guyon, F. Dejean (Montpellier).
- La réhabilitation de la stéréophonie en orthophonie : évaluation et entrainement auditif.
E. Lacore, Y. Belouard (Angers).
- Le test de Fowler : un vrai marqueur de l’équilibre binaural ?
S. Schmerber (Grenoble).
- Validation d’un test vocal cochléaire syllabique chez des patients appareillés
B. Godey (Rennes).
- Nouvelles listes de mots monosyllabiques établies sur des critères acoustiques
A. Moulin, J. Vergne, N. Fourcaud-Trocmé (Lyon).
- Construction d’un test vocal rapide dans le bruit.
F. Leclercq, C. Renard, C. Vincent (Lille).
 
Clôture du Congrès
 

Informations pratiques :

http://sfa2015.fr/


Secrétariat du congrès :
Tél. 03 20 61 20 34
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
13, avenue de la Créativité
59 650 Villeneuve-d’Ascq
http://sfaudiologie.fr/Drupal/
 

G.Bureau