Neuro 2 : le tout nouveau processeur de son d’Oticon Medical

Nouveauté

Le Neuro 2 a été présenté au congrès de l'Ifos 2017. © BS

Quelques mois seulement après l’inscription de Neuro one sur LPPR, Oticon Medical a annoncé le prochain lancement de son nouveau processeur de son Neuro 2, lors du congrès de l’IFOS.

Le Neuro 2 avait même été présenté en avant-première lors du congrès ESPCI de Lisbonne, à la fin du mois de mai 2017. Ce nouveau processeur recevra le marquage CE d’ici la fin de l’année et sera lancé dans la foulée en Europe. En France, il faudra attendre l’inscription sur la liste des produits et prestations remboursables pour que les patients puissent en bénéficier, probablement courant 2018.

Pour ce nouveau processeur, les ingénieurs d’Oticon Medical ont mis l’accent sur le design : plus arrondi que le Neuro one et plus petit ; il sera d’ailleurs le plus petit processeur du marché. Autre particularité : le câble qui lie le processeur à l’antenne est très fin et particulièrement résistant, grâce à sa composition en kevlar.

Doté de la puce Inium Sense d’Oticon, Neuro 2 permettra une véritable bimodalité avec les aides auditives Oticon Sensei SP et Dynamo. Les différentes couleurs disponibles pour Neuro 2 s’accordent d’ailleurs avec celles des aides auditives.

Neuro 2 sera disponible avec des batteries rechargeables (deux tailles) ou classiques.

Le lancement de ce processeur de son s’accompagnera de la sortie d’un logiciel de réglage, baptisé Genie Medical CI. Un logiciel plus facile à manier, afin de faciliter la tâche des audiologistes régleurs d’implants.

Neuro one : des résultats encourageants

Outre la présentation de Neuro 2, les dirigeants d’Oticon Medical ont profité du congrès de l’Ifos Paris pour dévoiler les résultats d’une étude menée sur dix utilisateurs du système Neuro (version "one"). L’étude montre que ces patients, qui ont été privés de l’audition pendant environ 18 ans, obtiennent de meilleurs scores de compréhension de la parole dans le bruit au HSM Sentences test que des patients utilisant d’autres systèmes d’implant (dont les tests avaient été réalisés au cours d’une autre étude) : 24,2 % contre 12 %. Pas de différence, en revanche, concernant la compréhension dans le calme (41 %), évaluée grâce au test monosyllabique de Fribourg. L’amélioration observée dans le bruit est attribuée à la technologie CAP (coordinated adaptive processing), dont les processeurs Neuro one et Neuro 2 sont dotés, et qui permet, indique Oticon Medical, « de diminuer l’effort d’écoute et de fournir une compréhension de la parole optimale dans des situations d’écoute complexes ».

BS