Vaccin covid-19 : l’OMS reconnait des effets secondaires sur l’audition

COVID-19



Un rapport de l’OMS parut dans la newsletter de février 2022, révèle l’existence d’un lien entre l’apparition de troubles de l’audition (acouphènes et de perte auditive soudaine) et la vaccination contre la covid-19.

Dans son dernier bulletin d'information sur les produits pharmaceutiques (à partir de la page 18), l’Organisation Mondiale de la Santé indique examiner de plus près les cas de personnes souffrant d'acouphènes et de perte auditive après avoir reçu une vaccination contre le Covid-19. Même si les cas restent rares, leur signalement et le lien avec l'injection du vaccin ont poussé l’OMS à demander une surveillance renforcée. Désormais, les cas de troubles auditifs détectés et survenus après une injection contre la covid-19 sont placés sous surveillance, afin de servir de base de réflexion aux laboratoires pharmaceutiques. « La connaissance de ce lien possible peut aider les professionnels de la santé et les personnes vaccinées à surveiller les symptômes et à se faire soigner, le cas échéant. Comme il n'y a encore que des données limitées dans la recherche fournissant des preuves de ce lien, une surveillance supplémentaire est nécessaire », indique l'OMS.

Dans son rapport, l’organisation indique que les cas proviennent de dix pays et la plupart ne présentent aucune comorbidité. Sur la base de cas bien documentés, des causes alternatives n'ont pas été identifiées pour la plupart des patients, bien que certains aient pu avoir des pathologies contributives (par exemple, la maladie d'Alzheimer, des allergies, de l’hypertension artérielle pression artérielle, une perte auditive antérieure, dysfonctionnement de la thyroïde ou des troubles auto-immuns). Les patients, pour la plupart jeunes (47 ans en moyenne) et en bonne santé, ont déclaré avoir éprouvé des problèmes auditifs quelques minutes à plusieurs heures après avoir reçu leur vaccin, selon le rapport de l'OMS. Nombreux sont ceux qui ont connu une guérison rapide, tandis que certains ont eu besoin d'un traitement aux stéroïdes. En outre, plusieurs patients ont signalé d'autres réactions concomitantes telles que des maux de tête, des nausées et des vertiges. La description supplémentaire de vertiges et de nausées peut suggérer l'implication non seulement du nerf cochléaire, mais aussi du nerf vestibulaire.
Le rapport précise que « certains patients ont décrit l'audition étouffée ou les acouphènes comme évoluant vers une perte auditive partielle ou totale. Certains cas bien documentés ont enregistré un audiogramme confirmant le diagnostic de perte auditive soudaine et, dans de nombreux cas, la nécessité d'un traitement par stéroïdes à forte dose. Dans la moitié des cas, il a été noté que le patient se rétablissait ou s'était rétabli de sa perte auditive, tandis qu'aucune information supplémentaire (ou peu d'informations) sur le suivi n'a été enregistrée pour les autres cas. Les preuves de la perte auditive à long terme sont donc incomplètes. »

En 2020, la Brighton Collaboration a publié une définition de cas de perte auditive neurosensorielle afin de faciliter les enquêtes sur les événements indésirables après une vaccination. Un mécanisme potentiel de la perte auditive associée au vaccin COVID-19 pourrait être un processus auto-immun impliquant un mimétisme moléculaire lié à l'antigène du vaccin, ou une activation fortuite de cellules T autoréactives pouvant impliquer le nerf vestibulocochléaire. L'atteinte de ce nerf peut contribuer aux symptômes liés à la labyrinthite, qui implique à la fois les branches vestibulaire et cochléaire du nerf, ou à la névrite vestibulaire, qui se traduit par des vertiges, des étourdissements et des nausées. Deux cas de l'analyse de VigiBase mentionnent le diagnostic potentiel de labyrinthite et de névrite vestibulaire posé par des spécialistes ORL. Par ailleurs, l'analyse de VigiBase chez les patients vaccinés avec le vaccin COVID-19 a montré une disproportionnalité pour les névrites vestibulaires (13 observées et 2 attendues) et les labyrinthites (19 observées et 6 attendues). Des études sur les vaccins et les troubles neurologiques, y compris l'atteinte des nerfs crâniens, ont indiqué que les fenêtres temporelles potentielles pour l'apparition des symptômes étaient de plusieurs heures à plusieurs semaines selon le trouble neurologique. Actuellement, les preuves cliniques et les études sur les mécanismes potentiels et la relation entre les vaccins et les troubles neurologiques, les paralysies des nerfs crâniens et la perte d'audition, restent limitées.

Lucile Perreau