Un nouveau traitement pour les pertes auditives cachées ?

Recherche scientifique



Selon une étude menée en Californie, les pertes auditives "cachées" seraient dues à une accumulation de liquide dans l'oreille interne faisant suite à une exposition à un son de 100 décibels ou plus.
Cette pathologie serait potentiellement traitable avec le type de solution saline utilisé pour les maladies des sinus.

Ces nouvelles recherches, menées par la Keck School of Medicine de l'Université de Californie du Sud (USC), permettent d'espérer une percée dans la compréhension des dommages causés par le bruit. L'enquête a utilisé une technologie d'imagerie connue sous le nom de tomographie par cohérence optique pour scanner des souris vivantes exposées à des intensités sonores variées. Les scans ont révélé le développement d'un hydrops endolymphatique dans les cochlées des souris, indiquant une corrélation mécanique commune avec la synaptopathie cochléaire induite par le bruit. Cette accumulation de liquide est suivie d'une perte de cellules nerveuses. Si cette découverte peut déboucher sur de nouvelles techniques de détection de la synaptopathie cochléaire induite par le bruit chez l'homme, l'étude a également révélé des résultats positifs de l'application opportune d'une solution saline hypertonique sur la zone d'accumulation de liquide.
Selon les chercheurs, cette solution saline pourrait être utilisée pour remédier partiellement à la perte de synapses du ruban de la cellule ciliée interne dans la base de la cochlée, après une exposition traumatique au bruit. « Les injections intratympaniques sont des procédures relativement simples qui peuvent être réalisées en cabinet, et l'administration de médicaments par fenêtre ronde est couramment effectuée pour d'autres conditions otologiques, y compris l'utilisation de stéroïdes intratympaniques pour la perte auditive neurosensorielle soudaine », souligne l'étude. « Tout d'abord, si les oreilles humaines exposées à un bruit fort, comme une sirène ou le déploiement d'un airbag, peuvent être scannées pour détecter un niveau d'accumulation de liquide, les professionnels de la médecine pourraient avoir un moyen de diagnostiquer des lésions nerveuses imminentes », a déclaré l’ORL John S. Oghalai, auteur principal de la recherche. « Deuxièmement, si le scanner découvre une accumulation de liquide, les gens pourraient être traités avec une solution saline hypertonique et peut-être sauver leur audition. »
 

Lucile Perreau