Audika présente une étude concernant les séniors et leur santé après la crise sanitaire

étude



A l’occasion de la Semaine Bleue (la semaine nationale des personnes retraitées et personnes âgées), une étude, réalisée par CSA Research pour Audika, dévoile et décrypte le nouveau rapport des séniors quant à leur santé après la crise sanitaire.

Cette étude (réalisée entre le 23 juillet et le 3 aout 2021, auprès d’un échantillon de 1 005 personnes âgées de 50 ans et plus) a mis en lumière plusieurs points essentiels concernant les personnes âgées. En effet, près d’une sur cinq (19%) a dû renoncer à des soins en raison de la situation sanitaire. Ce phénomène de renoncement aux soins touche notamment les aidants familiaux (28%), les personnes se sentant « à risque » (25%) et les 50-64 ans (23%).
Concernant l’audition, la prévention semble bien présente à l’esprit de nombreux seniors, puisque plus de la moitié a déjà réalisé un bilan auditif (54%). Cependant, le rapport révèle que la prise en charge est loin d’être automatique : un peu moins d’un tiers des seniors interrogés (30%) déclarent avoir des troubles de l’audition, mais parmi eux, un tiers seulement (33% des personnes ayant des troubles de l’audition) est appareillé.
Les raisons principales de ce défaut de prise en charge sont multiples mais tiennent en premier lieu au déni de surdité. Le sentiment de ne pas avoir besoin de tels outils est important chez les seniors puisqu’il se place en première position avec 50% et atteint même 62% chez les 75 et plus. L’habitude des personnes malentendantes de gérer leurs problèmes sans appareil représente 34% au global et plus spécifiquement 43% chez les hommes. Le coût des appareils est également mentionné et émerge en 3e position (29% et 39% chez les retraités précaires). Ce frein, devrait être en partie atténué, par la réforme du 100% santé. Le déni de surdité semble donc constituer le premier frein à l’appareillage, loin devant le prix. « Les seniors ont été au centre de toutes les attentions pendant cette crise sanitaire. Cependant, depuis le premier confinement aucune étude n’était revenue en profondeur sur l’impact de la crise sur leur nouveau rapport à la santé. Je retiens tout particulièrement que la prévention est au cœur des préoccupations. Plus que jamais, ils ont conscience qu’être en bonne santé passe par un suivi médical régulier et de qualité et une bonne hygiène de vie. Cette étude vient renforcer nos messages autour de la prévention, de l'accompagnement et de la proximité avec nos clients. Et c’est d’autant plus important lorsque l’on sait qu’en matière de santé auditive la prévention est la clé pour combattre le premier frein à l’appareillage : le déni de surdité », déclare Claire Pernot, Directrice Marketing et Communication d’Audika.
 

Lucile Perreau