WS Audiology publie son rapport d’exercice de 2020/2021

fabricant



WS Audiology a présenté les résultats de son dernier rapport financier. Le groupe indique avoir généré « une forte croissance du chiffre d'affaires et des bénéfices au troisième trimestre de l'exercice 2020/21 (du 1er avril au 30 juin 2021) par rapport à 2019/20 », qui a été considérablement impacté par la crise sanitaire du covid-19. Pour les neuf premiers mois de l’exercice 2020/2021, le groupe a enregistré un chiffre d’affaires de 1,52 milliard d’euros (croissance organique de 27 % par rapport à l’année précédente). WA Audiology vise une croissance de minimum 20% pour 2020/2021.

Le chiffre d'affaires a augmenté à 526 millions d’euros (618 millions de dollars), ce qui représente une croissance organique de 89% par rapport à 2019/20 et de 10% par rapport à 2018/19. Le bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement est en effet passé de 32 millions d’euros à 115 millions. Cette dynamique positive a été soutenue par le lancement de la plateforme Signia AX et les bonnes performances de Widex Moment, Signia Active Pro et Motion X, mais aussi grâce aux acquisitions stratégiques de la société d'équipements de diagnostic Koalys et du détaillant My Hearing Centers avec 110 points de vente aux États-Unis.« Nous avons continué à délivrer de solides performances opérationnelles et financières au troisième trimestre de l'année, basées sur une bonne reprise du marché et stimulées par nos capacités d'innovation et la traction positive de nos derniers lancements de produits », a déclaré Eric Bernard, PDG de WS Audiology. « Notre travail d'intégration s'est poursuivi à un rythme très satisfaisant et a contribué à cette évolution positive, et nous avons renforcé notre activité multicanal avec l'ajout de deux acquisitions stratégiques. L'acquisition de Koalys renforce encore notre leadership dans le domaine de la téléaudiologie et des solutions de diagnostic, tandis que l'acquisition de My Hearing Centers étend de manière significative notre empreinte commerciale aux États-Unis. »
 

Lucile Perreau