Les ventes d’aides auditives continuent à progresser en France, selon le Snitem qui note une forte montée de la classe I

marché


Le Snitem rend publics les chiffres de l'année 2020 pour les aides auditives

Les ventes d’aides auditives en volume ont continué à progresser en 2020, marquant cependant un ralentissement, selon le Snitem, Syndicat national de l’industrie des technologies médicales.

La croissance des ventes d’aides auditives par les différents fabricants membres du Snitem (GN Hearing, Hansaton, Prodition, Sivantos, Sonova, Starkey et Widex) a néanmoins été ralentie par les effets de la crise sanitaire, les fermetures des centres et la réduction des déplacements des patients. Le Snitem note ainsi des ventes de près de 918.750 appareils auprès des audioprothésistes, soit une augmentation de +3,1% sur 12 mois. Notons que les contours d'oreille totalisent 162.318 ventes, les intra-auriculaires 72.795 appareils et les écouteurs déportés 683.636 aides auditives vendues soit un peu plus de 74% des ventes.

Le Snitem note une très forte baisse de -33,7% au deuxième trimestre en raison du confinement avec un total des ventes d'à peine plus de 156.500 aides auditives. La fin d’année a été marquée par des ventes en hausse de +35,1 % par rapport à 2019 au 3e trimestre (240.471 appareils) et de +23,2 % pour le 4e trimestre (302.428 appareils).

Si le pourcentage d'appareil de classe 1 avoisine 16% sur 2020, le 4ème trimestre montre une forte hausse portant ce pourcentage à 20,86%, soit un pourcentage déjà légèrement supérieur à celui sur lequel le SDA (Syndicat des Audioprothésistes) et le Synea (Syndicat National des Entreprises de l'Audition) s'étaient engagés lors de la signature de l'accord sur le 100% santé, soit 20% d'appareils de classe I, et le reste en classe II. Les représentants des audioprothésistes se sont d'ailleurs inquiétés publiquement d'un déséquilibre éventuel de la répartition tant pour le bon appareillage des patients en fonction de leurs pathologies que pour l'équilibre financier du marché. Par ailleurs, les premiers chiffres de Santéclair montraient également une proportion importante d'appareils de classe I dans leurs remboursements. 

 

Nathalie Bloch-Sitbon