Des chercheurs de Manchester obtiennent un financement pour enquêter sur les liens du COVID avec la perte auditive

étude scientifique


Le centre de recherche biomédicale de Manchester dispose d'une camionnette de recherche sur mesure avec toutes les installations de recherche dont il a besoin pour une telle étude.

Le covid-19 provoque-t-il une perte auditive ? C’est ce que va tenter de découvrir le centre biomédical de Manchester au Royaume-Uni, qui a obtenu un financement pour aider à répondre à cette question cruciale en menant une étude de recherche clinique et diagnostique complète sur des patients post-hospitalisés atteint du virus.

Le professeur Kevin Munro, le directeur de recherche du Manchester Center of Audiology and Deafness (MacCAD), est devenu l'expert incontournable pour un média britannique et international qui s'intéresse actuellement à tous les liens possibles - même les rapports de cas isolés – entre le covid et d'autres conditions de santé. Si ce chercheur de premier plan a déjà suivi les liens entre le nouveau coronavirus et la perte auditive, ses observations couvrent jusqu'à présent un spectre de possibilités qui va du virus endommageant directement le mécanisme auditif à la pure coïncidence déclenchant des rumeurs.
Grâce au financement de deux organisations caritatives, le Royal National Institute for the Deaf (RNID, connu jusqu'à récemment sous le nom d'Action on Hearing Loss) et le Dowager Countess Eleanor Peel Trust, l'équipe de ce chercheur va pouvoir mener les recherches approfondies nécessaires pour faire la lumière sur le lien éventuel. Ces recherches reposent sur le principe que des virus tels que la rougeole, les oreillons et la méningite sont connus pour endommager l'audition, il est donc possible que ce coronavirus puisse également entraîner une perte auditive. Dans une étude réalisée au début de 2020 par les chercheurs de Manchester, les adultes atteints de COVID-19 ont été suivis huit semaines après leur sortie de l'hôpital, plus d'un sur dix d'entre eux déclarant eux-mêmes une détérioration de leur audition ou la présence d'acouphènes.
Bien que loin d'être concluante, cette recherche, qui a porté sur 121 adultes, a été reprise par plus de 100 médias internationaux, dont les reportages ont peut-être conduit à une sorte de croyance affirmant que le covid entraîne définitivement une perte auditive, et peut-être une perte auditive permanente soudaine, hypothèse alimentée par la publication d'un ou deux rapports de cas individuels de patients atteints développant une perte auditive bilatérale sévère.
Les recherches complémentaires proposées impliqueront l'utilisation d'une installation d'essai mobile pour évaluer 218 patients qui ont quitté l'hôpital, dont la moitié avec le virus. « Le centre de recherche biomédicale de Manchester est dans une position unique, puisqu'il dispose d'une camionnette de recherche sur mesure avec toutes les installations de recherche dont nous avons besoin pour une telle étude. Il sera donc en mesure de se rendre au domicile des personnes qui se sont rétablies (ou qui sont en voie de se rétablir) du covid-19 et de procéder à une évaluation approfondie.  Notre objectif est de comparer les personnes qui ont été précédemment hospitalisées (la moitié d'entre elles ont été malade du covid-19 et l'autre moitié non) », a expliqué Kevin Munro.
En discutant des résultats de la précédente étude de Manchester, le professeur Munro énumère un certain nombre d'explications possibles pour expliquer pourquoi les patients affectés ont pu signaler des changements auditifs :

  • Le virus endommage directement la cochlée et/ou le nerf auditif ;
  • Le virus endommage indirectement l'oreille, par exemple en raison d'une réaction immunitaire anormalement forte ;
  • Les médicaments (des doses persistantes de chloroquinine sont connues pour affecter l'audition et provoquer des acouphènes ; le remdesivir est un antiviral qui accélère le rétablissement et il provient d'une classe de médicaments dont on a signalé qu'ils provoquaient une perte auditive) ;
  • Les personnes qui ont été en soins intensifs se retrouvent souvent avec un certain nombre de problèmes de santé qui peuvent inclure une perte auditive ;
  • La pandémie a provoqué une tension mentale et émotionnelle, qui est liée à un stress malsain, et il existe une association connue entre le stress et les acouphènes ;
  • La difficulté de communiquer lorsque l'on porte un masque facial, et le fait que les hôpitaux sont des lieux bruyants, deux facteurs qui peuvent amener certaines personnes à réaliser qu'elles souffrent d'une perte auditive ;
  • Certains patients font état de niveaux de fatigue élevés et peuvent éprouver des difficultés à écouter ou à suivre une conversation en raison de la fatigue, ce qu'ils considèrent à tort comme un problème d'audition ;
  • Pure coïncidence.

Source : Peter Wix (Audiology Worldnews)

Lucile Perreau