La santé auditive victime du télétravail

Enquête


Campagne nationale Semaine de la Santé Auditive au Travail se déroulera du 12 au 16 octobre 2020. 

Une enquête réalisée par l’Ifop pour la Journée Nationale de l’Audition (JNA) et publiée le 6 octobre, révèle que le télétravail ne réglerait pas le problème des impacts du bruit sur nos oreilles, a contrario il pourrait même l’aggraver. Cette pratique s’est pourtant fortement démocratisée avec la crise du Covid-19, et risque très certainement de faire partie de notre quotidien d’ici les prochaines années.

Sur l’échantillon de 1064 personnes qui a répondu à l’enquête, 53% des travailleurs (soit plus d’un actif sur deux) ont répondu par l’affirmative lorsqu’on leur a demandé s’ils étaient gênés par le bruit au travail. Concernant le télétravail, ceux qui le pratique régulièrement (2 à 3 jours/semaine) sont 66% a indiqué être dérangés par du bruit et/ou des nuisances sonores, ce qui représente 2 actifs sur 3. En revanche ce chiffre baisse pour les télétravailleurs quotidien (4 à 5 jours/semaine) puisqu’ils ne représentent plus que 53% à déclarer ressentir une gêne sonore. Depuis le début de la crise sanitaire, 1 actif sur 3 (34%) déclarent travailler en télétravail (de 2 à 5 jours/semaine).



Le bruit extérieur toujours en 1ère place
Pour les télétravailleurs réguliers ou quotidien, le bruit en provenance de l’extérieur des locaux (respectivement 38% et 40%) ainsi que les conversations téléphoniques (38% et 41%) représentent les sources de bruit les plus gênantes. De leur côté, les travailleurs « classiques » indiquent que le bruit en provenance de l’extérieur des locaux reste la première source de gêne sonore avec 38%, puis les matériels utilisés (imprimantes, ordinateurs…) avec 31% puis les conversations téléphoniques avec 29%.
 


Incidence sur le comportement
Pour plus de 80% des télétravailleurs interrogés, le bruit a des répercussions sur leurs comportements, et dégrade la qualité de leur travail. De plus, cela aurait aussi des conséquences sur l’équilibre général de leur santé pour plus 75% d’entre eux, et cela conduirait également à l’apparition de troubles auditifs pour 80% des télétravailleurs. Même constat du côté des travailleurs normaux, avec 84% pour le comportement, 73% pour l’équilibre général de la santé et 65% pour l’apparition de troubles auditifs.


 
De multiples difficultés auditives
Pour 50% des travailleurs, la gêne auditive provoque des difficultés de compréhension de la parole lors de conversations téléphoniques. Ce pourcentage s’élève à 65% chez les télétravailleurs. De plus, une nette majorité de télétravailleurs se déclare affectée par des difficultés auditives depuis la crise sanitaire : 74% en échanges collectifs en visioconférence, 73% au téléphone, 71% en échanges individuels en visioconférence et 66% avec leurs proches.


 

Lucile Perreau