Les propositions des audioprothésistes sur le Grand Age portées devant le Sénat

Question au sénat


La sénatrice de la Marne se fait la porte-parole des audioprothésistes

La sénatrice de la Marne Françoise Férat (Union Centriste) a interrogé le Ministre des Solidarités et de la Santé sur les propositions formulées par les audioprothésistes, à travers l’UNSAF, afin de retarder significativement l'entrée en dépendance des aînés.

Elle a notamment mis en avant que les études scientifiques nationales et internationales des dix dernières années montrent que le déficit auditif est l'une des affections les plus courantes du vieillissement, qu’après 50 ans, une personne sur trois est concernée, après 75 ans, une sur deux et que le retentissement fonctionnel du déficit auditif sur l'état de santé d'une personne est considérable, la santé mentale, la vie sociale et la qualité de vie dans son ensemble étant impactés. Elle a également cité une étude publiée en juillet 2017 dans la revue The Lancet, montrant que le déficit auditif était le plus important facteur modifiable pour prévenir la démence et celle de janvier 2018, publiée par l'institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) qui confirmait l'existence d'un risque accru de dépression, mais aussi de dépendance et de démence chez les personnes rapportant des problèmes auditifs. Elle a précisé que ce sur-risque disparaît lorsque les sujets sont appareillés.
Françoise Férat a mis en avant que les audioprothésistes, représentés par leur syndicat l’UNSAF, ont formulé trois propositions contribuant à un meilleur taux d'équipement de nos aînés, qui devraient retarder significativement l'entrée en dépendance, faciliteront le maintien à domicile et allègeront la pression sur le milieu hospitalier et les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) : mise en place d'un tiers payant généralisé ; reste à charge zéro dès que possible ; instauration de règles de bonnes pratiques inspirées du « recueil de règles de bonnes pratiques de la profession d'audioprothésiste ».

Elle a alors demandé la position du Gouvernement sur ces propositions. La question est en attente de réponse du Ministère des solidarités et de la santé.

 

Nathalie Bloch-Sitbon