Les audios ont un vrai rôle à jouer pour aider les ORL à mieux comprendre le 100% Santé pour les audioprothèses, selon Gallileo Business Consulting

etude


L'étude Gallileo fait ressortir l'enjeu pour les audioprothésistes

Le cabinet Gallileo Business Consulting publie une étude baptisée « ORL & réforme 100% santé » dont l'objectif est de mieux comprendre la perception des ORL vis-à-vis de la réforme 100% Santé, l’impact de la réforme 100% Santé sur leurs pratiques et leur connaissance des différences entre appareils de classe 1 et 2.

Selon Maher Kassab, Président Directeur Général de Gallileo Business Consulting, l'étude fait ressortir que la réforme du 100% Santé est un levier d'information et de promotion des audioprothèses auprès des ORL pour lequel les audioprothésistes ont un vrai rôle à jouer.

L'étude montre que la réforme est connue de 75% des ORL, mais que seulement 23% en connaissent très bien les détails. Néanmoins, celle-ci est favorablement accueillie : plus de 9 ORL sur 10 estiment que la réforme est une bonne chose pour les patients. Selon l'étude, la réforme devrait impacter plutôt favorablement la proposition d’appareillage par les ORL : le reste à charge 0 pour les appareils de classe 1 va inciter 2/3 d’entre eux à davantage proposer à leurs patients de s’appareiller. Il faut noter que seuls 11% des ORL déclarent que la réforme n’aura aucun impact sur la proposition d’appareillage. Si près de 90% des ORL estiment qu’il existe une différence de qualité et de performance entre les appareils de classe 1 et 2, ils ne sont que 44% à penser que cette différence est tout à fait significative.
« Face à ces constats, il existe un véritable enjeu pour les audioprothésistes d’engager un effort de communication et de pédagogie auprès des médecins afin d'expliciter la réforme, ses implications sur leur activité ainsi que les différences entre appareils de classe 1 et 2 afin d'éduquer les ORL pour qui ces différences mériteraient d'être précisées », explique Maher Kassab. « Nous constatons que les ORL n'envoient que 30% des patients chez l'audioprothésiste. Nous observons de fortes différences de prescriptions, même si nous sommes bien conscients que tous les patients ne sont pas appareillables. Nous avons remarqué que, parfois, le prix est un frein pour le malentendant mais aussi pour certains ORL. Le fait d'avoir une offre de santé prise en charge va permettre à plus d'ORL d'informer leurs patients, sans doute de façon plus précoce. Ce qui peu enclencher un cercle vertueux pour un meilleur bénéfice. Je vois le 100% Santé comme un vrai levier d'information et de promotion des audioprothèses dont le mouvement devra être accompagner par les audios ».

 

L'étude a été réalisée Gallileo auprès de 140 ORL au cours des mois de janvier et février 2020.

 

Nathalie Bloch-Sitbon