L’Unsaf et le CNA lancent un recensement des centres assurant la continuité des soins

Service de continuité des soins


Formualire pour le recensement

Constatant après plus de 2 semaines de confinement que le « déconfinement » n’est pas pour tout de suite, l'Unsaf et le CNA ont décidé de recenser les centres auditifs qui appliquent le service de continuité des soins.

Un formulaire dédié est mis en ligne à cet effet. Il peut être rempli jusqu'au lundi 6 avril à midi.

L'Unsaf et le CNA rappellent, dans ce communiqué commun, que les déplacements des patients doivent être limités au maximum, qu'un service par téléphone ou mail doit être privilégié et que les pannes ou nettoyages ne doivent être envisagés que dans des cas urgents. Rappelant que le virus Covid-19 touche plus sévèrement les personnes âgées et celles qui ont une pathologie préexistante, les deux organismes soulignent qu'il « est primordial que l’appréciation du bénéfice/risque soit considérée par l’audioprothésiste traitant qui connaît le patient ».
Le communiqué insiste sur le fait que « recevoir les patients des confrères revient à engager sa responsabilité en faisant prendre des risques à des personnes que nous ne suivons pas et dont nous ne connaissons ni l’âge, ni l’état de santé ».

En parallèle, l'Unsaf et le CNA s'élèvent contre certaines campagnes de communication : « nous avons constaté avec stupeur que certains n’hésitaient pas à lancer des campagnes de communication autour de plaquettes de piles prétendument offertes, orchestrant une collecte de données des patients qui les demandent… Chacun s’interrogera sur le caractère éthique d’exploiter la crise actuelle pour monnayer les inquiétudes des patients en échange de leurs données personnelles, et sur le caractère confraternel de démarches consistant à profiter des circonstances pour étoffer les fichiers clients ». Ces agissements sont ainsi qualifié « d'indignes de la profession, cyniques et moralement condamnables ». Les deux organismes professionnels enjoignent les professionnels à cesser immédiatement ces campagnes.

« Nous devons continuer de nous comporter comme des professionnels de santé responsables, éthiques et unis. Nous devons faire face ensemble à la crise actuelle en nous montrant solidaires et respectueux vis-à-vis de ceux que nous prenons en charge et envers nous-mêmes », conclut le communiqué en ajoutant : « C'est à cette condition que nous pourrons prétendre aux aides financières spécifiques aux professionnels de santé que le gouvernement met en place et auxquelles la Mutualité française a promis de s’associer ».

 

Nathalie Bloch-Sitbon