Les stratégies des GAFAM et des BigTech dans la santé

etude


GAFAM Champs d'action

Les GAFAM sont de plus en plus présents sur l’univers de la santé, que ce soit au niveau des dispositifs médicaux, des logiciels… Assisterons-nous à l’avènement d’un nouvel écosystème dans lequel les nouveaux venus auront plus de poids que les acteurs historiques ?

En raison de la percée des technologies numériques dans l’univers de la santé, les GAFAM, acronyme des géants du Web — Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft, définissent un nouveau paysage concurrentiel dans les domaines du connected care, une montée en puissance que Les Echos Etudes a analysée.
« Depuis les années 1990, nous sommes entrés dans ce que l’on peut considérer comme la 4ème révolution industrielle, commencée avec l’émergence de « l’Internet des individus » et poursuivie depuis 2000 avec « l’Internet des objets », lié à l’apparition des terminaux mobiles, l’essor des objets connectés et le développement du big data », observe l’étude. « Il s’agit bien d’une révolution et non d’un continuum de la 3ème révolution industrielle dite numérique ». Cette « révolution » devrait permettre, selon Les Echos Etudes, d’améliorer l’accès aux soins, d’optimiser l’efficience des systèmes de santé et de rendre possible l’avènement de la médecine prédictive et personnalisée.
« La création de valeur se situe de moins en moins du côté des acteurs historiques et devrait migrer vers les entreprises capables de conduire et exploiter de manière « intelligente » ces analyses de données » », affirme l’étude des Echos Etudes. « En termes d’accès aux données, les GAFAM ont une longueur d’avance. Non seulement ils possèdent les plus grands volumes de données collectées grâce aux objets connectés, aux réseaux sociaux et à la téléphonie mobile, mais ils sont également les mieux placés pour négocier avec les hôpitaux et développer des services qui s’appuient sur les dossiers médicaux électroniques de milliers voire de millions de patients ».  L’étude met également en avant leur savoir-faire technique et d’une infrastructure informatique qui leur permettent de développer de nouvelles solutions dans de nombreux secteurs, la santé n’échappant pas à cette règle. « Leurs imposantes ressources financières leur permettent de soutenir leur stratégie de croissance externe et de pénétrer ainsi plus rapidement certains segments du marché de la santé », soulignent également les auteurs du rapport.

Néanmoins, l’étude des Echos Etudes précise que l’incursion de nouveaux entrants au sein des activités historiques de la santé s’observe essentiellement aux Etats-Unis.

 

Nathalie Bloch-Sitbon