Les dangers des amplificateurs de son

Application


Credit : Tutti-Frutti / iStock

De nombreuses applications mobiles d’amplificateur sonore sont accessibles pour tous, se posant en alternative face aux troubles de l’audition. L’Association nationale des audioprothésistes en Espagne (ANA) met en garde face à l’utilisation prolongée de ces applications, pouvant à terme causer en réalité des troubles de l’audition encore plus importants.

Les applications d’amplifications de son telles que Google Sound Amplifier, uSound ou encore Petralex (qui comptabilisent à elles trois près de 5,5 millions de téléchargements sur PlayStore) sont utilisables dans plusieurs situations. Le principe est de tirer parti du microphone intégré au smartphone afin de capturer le son ambiant, puis d'amplifier le son via les écouteurs. Ainsi, ces applications peuvent être utilise pour montere le son de la télé et l'écouter dans ses écouteurs alors que quelqu’un dort dans la pièce, ou de capturer les sons difficiles à percevoir lors de la chasse ou pour l’observation d’oiseaux. Ces applications ne compensent en revanche pas les déficiences auditives et s'adressent à un public n'ayant pas de troubles de l'audition. Néamoins, certaines applications mettent tout de même en avant leur capacité à fournir une alternative aux aides auditives.

Au point que, l’association nationale des audioprothésistes en Espagne (ANA) met en garde les malentendants face à l’utilisation prolongée de ces applications d’amplification du son qui peuvent, à terme, endommager l’oreille de l’utilisateur. L’ANA avait déjà mené il y a quelques années une étude conjointe avec l’Agence espagnole des médicaments et des produits de santé, portant sur les différences entre les appareils auditifs et les appareils d’amplification du son. L’ANA met en lumière les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé, préconisant l’utilisation de casques, en respectant la « règle des 60-60 ». Cette dernière consiste en un temps d’écoute personnelle n’excédant pas une heure par jour, à 60 % de la capacité sonore de l’appareil. L'ANA rappelle par ailleurs que la vente d'aides auditives n'est autorisés que dans des lieux spécialisés. L'aide auditive nécessite une adaptation individualisée qui ne peut être effectuée que par un professionnel de santé. 

Antoine ERICHER