Des antibiotiques responsables de pertes auditives

Santé


Crédit : iStock / bluebay2014

Une récente étude émanant de l'Université de Creighton montre les effets néfastes d'une catégorie d'antibiotiques entraînant des troubles de l'audition. Ces problèmes seraient liés aux effets de l'inflammation, réaction du corps à la suite d'une infection.

Les aminosides sont des antibiotiques utilisés pour contrer plusieurs infections bactériennes. Ces antibiotiques sont fortement prisés en raison de leur faible coût et leur efficacité, notamment chez les nouveau-nés, pour lesquels une infection peut s'avérer fatale en quelques jours. Les antibiotiques aminosides sont également utilisés pour traiter certains microbes résistants aux autres antibiotiques. Outre les bienfaits apportés, ces antibiotiques aminosides tels que la gentamicine sont associés à une perte auditive. Le professeur Peter Steyger, de l'Université Creighton au Nebraska (Etats-Unis) ainsi que son équipe, ont effectué des tests sur des souris. Les chercheurs ont ainsi trouvé qu'une inflammation (réaction du corps face à une infection) rend les canaux ioniques des cellules ciliées sensorielles de l'oreille interne plus perméables aux antibiotiques, amplifiant alors les effets toxiques pour l'oreille (ototoxicité). Plus précisément, la protéine TRPV1, présente dans les canaux ioniques, facilite l'entrée de la gentamicine dans les cellules ciliées en présence d'une inflammation ou d'une réponse humanitaire. Au cours des tests effectués, les chercheurs ont découvert que les souris dépourvus de protéine TRPV1 sont protégées contre la perte d'audition causée par la gentamicine en cas d'inflammation. Suite à ces résultats, le professeur Steyger encourage les médecins à prescrire des antibiotiques ne favorisant pas le risque de perte auditive chez les patients atteints d'une infection. Si l'antibiotique aminoside est la seule option possible, les professionnels peuvent désormais être attentifs plus rapidement aux patients susceptibles de suivre une rééducation auditive post-traitement.

Antoine ERICHER