Lancement de la fondation Audika

Philanthropie


Crédit : DR

Plus de 40 ans après sa création, Audika lance sa fondation qui agira sur deux axes principaux : améliorer les connaissances sur l'audition et la santé auditive en renforçant la prévention, ainsi que le soutien à divers projets permettant l'amélioration de la santé auditive.

C'est au dernier étage de la maison du Danemark sur les Champs-Elysées que la grande famille Audika a choisi de présenter le lancement de sa fondation le 20 juin 2019. Le Comité Exécutif de la Fondation Audika se compose de quatre membres-fondateurs: Jean-Claude Tonnard (président d'Audika et de la Fondation), Dominique Baudouin-Tonnard, Julien Tonnard et Patrick Tonnard. Le CE se compose également deux membres retenus pour leur compétence au sein de leur domaine d'activité : Paul Avan, Professeur de biophysique à l'université de Clermont Auvergne, pour qui "le monde de l'audition est à l'aube d'une grande mutation. D'abord au niveau des technologies depuis plusieurs années, côté social avec le 100 %  santé en France, et scientifique avec l'avènement de vraies perspectives de diagnostiques personnalisés " et Véronique Varlin, directrice de l'Observatoire Société et Consommation (ObSoCo). À travers ses actions, " la fondation Audika peut apporter un éclairage sur les transformations en cours, pouvant avoir un impact sur l'audition et la santé auditive" selon V. Varlin. Créée sous l'égide de la Fondation de France, la Fondation Audika aura à cœur d'améliorer les connaissances sur l'audition et la santé auditive, de renforcer la prévention et de soutenir de différents projets permettant d'améliorer la santé auditive.
 
Soutenir des projets pour une meilleure santé auditive.
 
Pour l'inauguration de la Fondation Audika, les principaux projets rythmant l'année 2019-2020 ont été présentés. " Afin d'être retenu, un projet doit être d'intérêt général, sensibiliser aux problématiques de l'audition et/ou soutenir la recherche sur les sujets de l'audition " déclare Julien Tonnard, Directeur délégué d'Audika. " Cela passe par des actions sociales, éducatives, humanitaires, culturelles scientifiques et innovante ". Sur la quarantaine de projets reçu, une trentaine ont été retenus et une liste d'attente attend dors et déjà le comité.  " Sur le plan financier, Audika s'est engagé à verser un minimum de 200 000€ sur 5 ans pour soutenir les projets de la fondation " déclare Jean Claude Tonnard, Président d'Audika.
Depuis plus de six ans, quelques audioprothésistes Audika, par le biais d'ONG (telles que Enfant du monde ou ORL sans frontière) réalisent des actions humanitaires afin de venir en aide aux populations dans le besoin. Dorénavant, ces missions seront portées à moyen et long terme par la fondation Audika. Entre 2019 et 2020, différentes missions au Cambodge, à Madagascar, en Israël et au Rwanda seront effectuées pour opérer et appareiller des personnes sujettes aux troubles de l'audition. Ces missions servent également à former les équipes médicales sur place afin d'assurer un suivi annuel des patients.
La fondation soutient également plusieurs bourses de recherche et d'étude comme la bourse AFON, le Prix AFOP 2020, le Prix GEMO 2020 ou encore le Prix SOFRESC. Pour Julien Tonnard, " toutes ces structures accompagnent chercheurs et médecins dans l'acquisition de nouvelles compétences dans les programmes de recherche". Un projet sur trois ans (entre 2019 et 2021) est prévu entre la fondation et l'hôpital Necker, afin de faire avancer les connaissances en matière de troubles auditifs chez l'enfant. Audika, qui soutient depuis le début la création d'une nouvelle école d'audioprothèse rattachée à l'Université de Lille, financera des salles d'études, des équipements ainsi que des cabines techniques. Un partenariat de long terme avec le CHU Bicêtre permettra de créer une cabine de recherche clinique dédiée à l'exploration de l'audition.
 
Sensibiliser davantage la population aux troubles de l'audition
 

Concernant les troubles de l'audition, les actions de dépistage de troubles de l'audition ainsi que les moyens de les corriger restent mal perçu par une grande partie de la population. L'objectif de la fondation est alors de sensibiliser la société à l'importance du son et à la qualité de notre environnement sonore. En ce sens, Christian Hugonnet, ingénieur acousticien et fondateur de la semaine du son, organise a compter du mois de juin une campagne de sensibilisation à destination du grand public, des jeunes, mais également des écoles d'audioprothésiste sur les effets de la compression du son. Cela supprime les écarts entre les sons fort et les sons faibles afin qu'ils soient plus simples à percevoir pour l'oreille. Pour un son trop fort, le niveau sera diminué, et pour un son trop faible, le niveau sera accentué. Cette pratique remplaçant le son naturel est utilisé à tous les niveaux, que ça soit pour un titre de musique, un concert, à la radio, la télévision ou sur les jeux vidéo. Pour Christian Hugonnet, " il y a deux aspects très importants à travers ce travail, à la fois la dimension esthétique qui concerne directement les musiciens mais aussi la dimension lié à la perception,  faisant que la perte de l'audition est aujourd'hui directement liée à cette énergie qui ne désempli jamais, et où la notion de micro silence et de niveau faible n'existe plus. "
Enfin, Audika sollicite chaque année depuis 1980 des artistes contemporain tels que César, Erro ou Ben  de réaliser une création sur le thème de l'audition. Entre le 10 et 16 octobre 2019, la Galerie de l'audition verra le jour à l'Hôtel de l'industrie à Saint-Germain-Des-Prés (Paris 6e). " Ces œuvres seront présentées en tant qu'événement culturel destiné à sensibiliser l'opinion publique sur l'importance de l'audition" déclare Patrick Tonnard, directeur des partenariats Audika.

Antoine ERICHER